Felálló-Fülű Pumi Kennel Klub - Felálló-Fülű Пуми клуб

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Promenade

Fil des billets

lundi, février 9 2015

La Carélie russe en hiver avec nos pumis... Part 1 : la préparation du voyage

Emplacement de la République de CarélieCarelie (Drapeau)

Introduction

La République Autonome de Carélie est située au nord-ouest de la Fédération de Russie, entre les bassins de la Mer Blanche et celui de la Mer Baltique. Elle est frontalière avec la Laponie (Une longue frontière la sépare de la Finlande à l'ouest sur 723 km). Son vaste territoire se compose presque intégralement de forêts. Ce que le vert n'a pas recouvert est dominé par le bleu. En effet, la Carélie où coulent 27 000 rivières compte 60 000 lacs. Parmi eux deux des plus grands lacs européens : le Ladoga et l'Onéga. La nature règne donc en maitre en Carélie. Les hommes sont ici moins nombreux que les ours, les lynx et les loups. Hormis Petrozavodsk (Петрозаводск), la capitale, ces premiers habitent des villages égayés de maisons et d'églises aux couleurs vives. On ne peut évoquer la Carélie sans parler d'un de ses trésors : Kiji (Kizhi). Cette ile, située sur le lac Onéga est célèbre pour ses chefs-d'œuvre d'architecture en bois. Le plus impressionnant est l'église de la Transfiguration du Sauveur et ses 22 bulbes.

Une région de lacs et de forêts

Il y a 60 000 lacs en Carélie dont les deux plus grands d'Europe : Le Lac Ladoga et le Lac Onega. Des lacs parsemés d’iles, la plus connue du Lac Onega étant l’ile de Kiji, célèbre pour son patrimoine architectural (constructions en bois) classé au patrimoine mondial de l'Unesco.
Environ 70% du territoire est couverts de forêts : conifères (sapins, pins) et bouleaux . Petrozavodsk (la capitale de la Carélie) est située à 425km de Saint-Pétersbourg.



Carte de la Carélie

La Carélie, une histoire riche...

On retrouve la présence dans la région de chasseurs et de pêcheurs russes venant de Novgorod dès le XIIéme siècle, ensuite la région est occupée par les Suédois puis annexée par la Russie en 1323. Pierre le Grand en 1721 installe ses fonderies d'armement à Petrozavodsk. Pendant la période de la Révolution russe de 1917, la région est déchirée par des combats entre les troupes finlandaises et russes. En 1920, un traité partage la Carélie entre une partie attribuée à la Finlande et l'autre, la Carélie orientale, à la Russie. Mais en 1940 les troupes soviétiques envahissent une partie de la Carélie finlandaise. En 1956, la Carélie bénéficie d'un statut de République autonome et le 13 novembre 1991, elle proclame sa souveraineté au sein de la Fédération de Russie.En résumé : Russe, suédoise, finnoise ... et désormais russe !

Les Caréliens

716 000 habitants (en 2002) vivent dans cette vaste région nordique, la densité est faible moins de 4 hbts au km2. La capitale régionale est la ville de Petrozavodsk (268 724 hbts en 2008), elle est située au bord du Lac Onega. Une population essentiellement russe à 68%, le Russe étant la langue officielle. La langue carélienne étant parlée par environ 10% de la population.

Les ressources économiques ?

Principalement, l'exploitation forestière avec l'industrie du traitement du bois (papier, meubles). Présence également de mines (zinc, mica, fer ...) et d'industries métallurgiques. Le tourisme aussi, surtout en été avec les croisières sur les les fleuves et les lacs et vers l’ile de Kiji. L'agriculture (pommes de terre, céréales surtout dans le sud de la région) est peu développée, le climat local n'y est pas vraiment favorable.

Le climat carélien ?

Des hivers froids adoucis par les masses d'air humide venant de l'Ouest d'où un enneigement abondant et un ciel souvent couvert. Février est le mois le plus froid avec des températures moyennes oscillants entre -10°C et -14°C (c'est pour cela que nous avons choisi ce moment pour nous y rendre!), les lacs et les fleuves sont gelés environ 5 mois par an. L'été est plus clément même si les températures n'avoisinent en moyenne que les 14 à 16°C en raison de la latitude nordique de la région.

Des sites web à consulter :

Нива-марш et la voiture pour aller sur l'ile en hiver : http://www.karelavto.ru/news/karel/... (si l'on ne veut pas prendre l'hélicoptère, l’hydroglisseur ou une motoneige! ;-) )
Les beaux sites touristiques de Carélie :http://www.russie-voyage.com/voyage...

Pétroglyphes à Peri Nos (lac Onega-Carélie-Russie)

  • Forêts et sanctuaires naturels de Carélie
    • Réserve de Kivatch
    • Réserve Kostomoukcha
    • Parcs naturels de Carélie
    • Parc national de « Paanajärvi »
    • Parc naturel de l’Archipel Valaamsky
    • Parc national de Vodlosersky
    • Parc national de Kalevalsky
  • Lacs et rivières de la République de Carélie
    • Le lac Ladoga
    • Le Lac Onego
  • Le festival de Kindasovo
  • La terre antique des Caréliens de Syamozero http://syamozero.ru/index.php?title... https://www.youtube.com/watch?v=S-a...
  • Les sites et les monuments du district de Pudozhsky
  • Le bouleau de la République de Carélie
  • Les pétroglyphes sur la rive orientale du lac Onego (Peri Nos, Besov Nos, Kladovets et Karetsky Nos)
  • Les pétroglyphes de la mer Blanche
  • Cathédrale de la ville de Kem
  • Kusovy, iles de la mer Blanche





Les Armoiries de la CarélieLa ville d'Olonets, qui s'appellera plus tard Petrozavodsk, devient le chef lieu administratif de la région d'Olonets

In english
Republic of Karelia

The Karelia Republic is located to the north of St. Petersburg and borders Murmansk Region in the north, Leningrad and Vologda regions in the south, Arkhangelsk region in the east and Finland in the west. Karelia covers 180,500 sq. km, which is 1% of the Russia’s total territory. Karelia is divided into 19 municipal districts.
The population of Karelia is 693 681 (2012) and the density of the population is 3.8 people per 1 sq. km. The average age of the population is 36.5 years. The capital is Petrozavodsk (population 282 000). Other “large” cities in the republic are Kostomuksha (32 500), Sortavala (20 200), Kondopoga, Segezha and Pitkäranta.
Nationalities in Karelia are: Russians 73.6%, Karelians 10%, Byelorussians 7%, Ukrainians 3.6%, Finns 2.3%, Vepps 0.8%. 37% of the population lives in the capital of the Republic Petrozavodsk.

Climate

The cold winter climate is modified by warm, humid air masses from the west, but incursions of Arctic air cause severe cold spells. During February, the coldest month, temperatures average 10 °C in the south and 14 °C in the north. Summers are short, cool, and susceptible to frosts, with average temperatures of 16 °C in the south and 14 °C in the north. Annual precipitation, mostly in the form of snow, varies from 400 mm in the north to 600 mm in the south, with snow cover in the Ladoga region accumulating to 1,000 mm. Average temperature in January 2005: 5.1 ° C and in July 2005: +17.0 ° C

Natural Resources

The largest part of the territory of Karelia is a hilly plain with evident traces of glacier. The wavy surface of the land keeps the traces of ancient mountains. More than 49% of the republic area is covered with forest (main species are pine and fur tree), 25% of the territory is watery surface. There are more than 60 thousand lakes and 27 thousand rivers in Karelia. The largest are the Ladoga lake (area is 17,7 thousand square km) and the Onega lake (area is 9,9 thousand square km). The largest rivers are: Vodla (400 km), Vyg, Kovda, Kem, Suna, Shuya. The total length of the rivers is about 83 thousand km.
More than 50 types of minerals, located in more than 400 deposits were discovered in Karelia. The minerals are: iron ore, vanadium, molibden, rare metals, diamonds, mica, construction materials (granite, marble, diabasis), clay, appatit-carbonate ore, asbest.

Economics

The Republic of Karelia has favorable economic-geographic location, it is situated near central highly industrially developed Russian and Western regions, has a developed water transportation system, and significant natural resources.
Mining, metallurgy, and timber working and processing are the major industries. Others include power engineering, machine building, and food processing. Iron ore, copper, mica, titanium, and pegmatite are the chief minerals mined.
Timber cutting and processing is the largest industry, producing saw timber, pit props, railway ties, paper and pulp, furniture, veneer, and prefabricated materials. Agricultural land occupies less than 3 percent of the total area, with much of this used for pasture to support dairy cattle and other livestock or to breed mink and blue polar foxes for fur. Fishing is important on lakes, rivers, and along the White Sea coast.
Karelia’s invaluable asset is its unspoiled environment, lakes and forests, as well as some outstanding monuments of architecture and history. According to Karelia officials, gross income from tourism was 1,25 billion rubles (approximately $40 million) in 2001.

Transport Infrastructure in the Republic of Karelia

The Republic of Karelia can be regarded as the transportation link between northwestern and central Russia, and the countries of Northern Europe. Karelia’s role as an important transportation junction is expected to grow even more after the completion of the Ledmozero Kochkoma railroad and the Petrozavosk Parikkala motorway, both of which are under construction. The pipeline from Shtockmanovskoye gas field could also be led through the Karelian territory.

  • Road : There is one Federal road in the Republic of Karelia, the 780 km long stretch of the St.Petersburg Murmansk motorway which is paved with asphalt. The main overland transportation axis in Karelia runs north-south along the eastern edge of the Republic, as a part of the national rail and road link between St.Petersburg and Murmansk.
  • Railway : A major railway from St. Petersburg to Murmansk crosses Karelia from south to north, with branches to all major towns. The railway is a link connecting the Urals with Finland and other Nordic countries. Carrying capacity of the new railway is 28 million tons annually. This railway aims to provide a short transportation route from Karelia to Finnish ports in the Gulf of Bothnia. The M18 national highway runs parallel to the railway and fairly close to it, both of them running via Petrozavodsk.
  • Air Connections : The main airport of Petrozavodsk, Besovets, is the destination of all international and federal flights to and from the Republic of Karelia. There were international links to Helsinki via Joensuu, as well as to Tallinn and Riga. Within the Republic of Karelia, seven airports has regular connections to Petrozavodsk. They included Sortavala, Kostomuksha, Kalevala and Pudozh.
  • Waterways : The Republic of Karelia also has two major waterways, one is the 227 km long White Sea Canal, which links Belomorsk on the White Sea with Poventsa at the northern tip of Lake Onega. For most of its length, it runs very close to the Murmansk road and railway axis, and gives access to most of the Karelian industrial centres. Another major waterway is the Volga Canal which is connected to the southern part of Lake Onega. It continues further to St.Petersburg and the Baltic Sea, passing along Lake Onega, down the River Svir, Lake Ladoga, and the Neva river.
Culture and education

Karelia is sometimes called "the songlands" in the Finnish culture, as Karelian poems constitute most of the Finnish national epic Kalevala.
The main tourist attractions in Karelia are Valaam, Solovki and Kizhi islands, Martsialnie Vody spa, largest in Europe plain waterfall Kivatch, national parks and protected natural territories. Kizhi islands alone hosted 120,000 tourists in 2001, half of which came from abroad.
Petrozavodsk State University is the largest educational institution in the European North of Russia and includes the following faculties: Faculty of History, Faculty of Forest Engineering, Faculty of Mathematics, Faculty of Medicine, Faculty of Baltic and Finnish Philology and Culture, Faculty of Industrial and Civil Engineering, Faculty of Agriculture, Faculty of Physical Engineering, Faculty of Philology, Faculty of Ecology and Biology, Faculty of Economics, Faculty of Law, Faculty of Political and Social Sciences. It also includes branches: Kola branch (Apatity, Murmansk region), Priladozhsky branch (Sortavala), Byelomorsk branch (Byelomorsk) and Kostomuksha branch (Kostomuksha), Educational centers in Segezha and Kondopoga. At present in the university there work more than 3600 teachers, faculty and staff members, there study over 19500 undergraduate and graduate students, every year more than 4100 students take training, re-training and professional development.
Karelian Research Centre of the Russian Academy of Sciences is also located in Petrozavodsk.

For more information please go to :

and also, to read :

vana talu Karelia

Sources of information :

mardi, janvier 20 2015

Бура́н (Buran) : la bête de somme du Grand-Nord russe ! ... et la promenade des pumis à Palsi talu!

http://www.russnegohod.ru/history.h...
http://buran.com.ru/buran.php
Si vous venez passer quelques jours de vacances en Estonie, dans notre petite ferme avec votre (vos) chien(s), vous pourrez conduire l'une des plus mythiques motoneiges!
Et nous aurons surement prochainement un traineau pour la promenade des toutous (pumi bien sûr!)
Vous pourrez également pratiquer le ski de fond et la randonnée en raquettes (matériel en prêt sur place :-) )

Buran devant le sauna à fumées à Palsi talu

Le Buran est cette légendaire motoneige soviétique capable de passer là où ses concurrentes japonaises ou canadiennes restent bloquées. Elle ne tombe jamais en panne et ne vous laissera jamais tomber dans la toundra. C'est le seul moyen de transport pour le Grand-Nord russe et il n'y a pas d'alternative.
Inspiré du Bombardier Ski-Doo canadien. Ce modèle SB-640 est produit à Rybinsk depuis 1971. La particularité de cet engin tient dans son large ski directionnel et ses deux chenilles motrices permettant d'obtenir une grande surface d'appui pour une faible longueur totale. C'est ce qui le rend si maniable à travers les buissons ou au bord des ravins. A l'origine il s'agit d'un véhicule strictement utilitaire destiner à la traction, tâche à laquelle il s'acquitte avec une grande facilité. Son moteur à faible taux de compression lui permet de consommer des carburants de mauvaises qualités (avec un mélange essence/huile 2T à 25:1!).
A Narian-Mar (une petite ville située à 110 km de la Mer de Barents) a même lieu chaque année une course, intitulée » Buran-Day », qui se déroule exclusivement au guidon du Buran (http://www.buran-day.ru/). Aujourd'hui, le Buran est surpassé par des machines plus modernes, considérée comme plus pratiques, mais à Ugut (à 150 km de Surgut), on considère que le Buran est comme le plus à même de passer dans la neige molle parce qu'il ne dispose que d'un seul ski directionnel.
Voici sur un blog russe un beau reportage sur cette légende : http://alexcheban.livejournal.com/1...
Parmi les photos illustrant ce reportage ne pas manquer une photo en noir et blanc prise lors de l'expédition Rybinsk - Narian-Mar' Vorkouta en 1974.

Texte : adaptation VG

Voir aussi : https://groups.yahoo.com/neo/groups...
Buran en action
Buran à Palsi talu
La bête est prête! Buran 640A à Palsi talu

jeudi, janvier 15 2015

pumi, vous pouvez conjuguer histoire et éducation...

Le "Cricket" du débarquement de Normandie

Historique du "Cricket"

C'est après le parachutage au-dessus de la Sicile en 1943 que le commandant Taylor, futur général commandant la 101ème division aéroportée américaine, réalisa l'importance de la communication au sein des unités parachutées en territoire ennemi. En effet, disséminés à de multiples endroits, des parachutistes isolés ont eu bien du mal à retrouver leurs camarades sans risquer de s'exposer aux tirs adverses.
Les Américains réutilisèrent le principe d'un jouet très répandu à l'époque et qui consistait en une lame ressort d'acier émettant un claquement une fois pressé. En effet, l'entreprise anglaise THE ACME a reçu la commande de plusieurs milliers de petits crickets en laiton de forme parallélépipédique, certains furent réalisés en laiton chromé.
Seule la 101ème Airborne Division a été pourvu de crickets, et uniquement les parachutistes de la division l'ont reçu en dotation quelques jours avant le 6 juin 1944. En plus de ce moyen de reconnaissance, un code vocal a été mis au point (valable les 24 heures suivant le déclenchement des opérations) : "Flash" (éclair), mot auquel il fallait répondre "Thunder" (tonnerre). Le deuxième jour, le code devenait : "Hustle"-"Along". D'autres moyens d'identification existaient : la fumée (colorée ou non), des panneaux, la lumière ou encore des drapeaux.
Les parachutistes étaient libres d'accrocher leur cricket où ils le souhaitaient. Certains l'ont gardé dans les poches de leurs vestes ou de leurs pantalons, d'autres l'ont accroché autour du cou ou encore à leur casque.
De nos jours, de nombreuses reproductions ont été produites et il n'est pas rare d'entendre les fameux "clic-clac" lors des cérémonies commémoratives en Normandie.
criquet Mauduit-Biard

Exemple :

http://www.mauduit-biard.com/fr/acc...
La vraie histoire de ce Cricket : complément d'enquête
Tout commence quelques jours avant le parachutage du 6 juin. Le Brigadier Général Maxwell D. Taylor commandant la 101st Airborne Division est inquiet de la grande dispersion de ses hommes dans le Cotentin. Le paysage est fait de prairie parsemé de haies. Pour lui, il est indispensable que ses hommes puissent se « reconnaitre » sans attirer l’attention de l’ennemi !
De plus, le dernier entrainement aux quels participèrent les hommes de la 101st, l’opération Eagle et la très grande dispersion de ces hommes prouvèrent au Général Taylor, qu’il lui fallait un moyen d’identification. Il décida, avec les membres de son QG, d’incorporer le jouet dans l’équipement du para.
Il lui en fallait plus ou moins 7500 pour équiper l’ensemble de sa division.
Ce petit objet est en laiton ou en fer et est muni d’une lame ressort. Cet objet, se plaçant entre le pouce et l’index clic quant on effectue une pression sur la lame et re-clic quant on la relâche.
Cet objet fut fabriqué par la firme « The Acme » fondé fin des années 1890 par un certain Joseph Hudson habitant en Angleterre. Le cricket fut inventé en 1926, au départ pour les chefs d’orchestres.
Il est faut de penser que toute les unités de parachutiste possédait le cricket. Seul la 101st en était doté. D’abord parce qu’il est impossible pour une firme de produire autant de cricket en si peu de temps. Deuxièmement, le Général Gavin, commandant la 82nd ne voulait pas s’encombrer de gadget inutile. De plus comme le dit le Général Gavin « on peut difficilement marcher toute la nuit, un cricket à la main, mais vous aviez toujours votre voix ». D’autres officiers de la 82nd trouvait que ce système était fait pour les amateurs, leurs troupes, n’en n’ont pas besoin. Il faut se rappeler que la 82nd avait déjà sauté en Sicile et en Italie. Enfin, tous les crickets retrouvés en Normandie sur des fouilles de crashs d’appareils proviennent de C-47 transportant des Paras de la 101st !
Donc contrairement à ce que nous raconte le filme de Zanuck. La 82nd ne fut jamais doté de cet objet

Fiche technique du "Cricket"
  • Pays utilisateur : Etats-Unis d'Amérique
  • Unité pourvue : 101ème Airborne Division
  • Hauteur : 15 mm, Longueur : 48 mm, Largeur : 25 mm
  • Utilisation : une pression sur une lamelle métallique émettant un "clic-clac" pour demander l'identification ; la réponse devait consister en une double pression sur la lamelle métallique soit deux "clic-clac".
Bibliographie :

Le Légendaire Cricket du Jour-J de Michel de Trez

mardi, décembre 23 2014

Pumis, je vous engage à lire des commentaires éclairés sur la "crise" russe

Russie

Des commentaires d'un texte analyse du 22 décembre intitulé : "Russie : la crise en dit autant du chemin parcouru que du chemin restant à parcourir"

http://www.autoactu.com/ (site spécialisé Automobile)

Texte de l'Analyse du 22 décembre 2014 de Bernard Jullien, Maitre de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca : Analyse-Russie-la crise en dit autant du chemin parcouru que du chemin restant à parcourir (cliquez sur la sur-brillance ou visible en word dans l'annexe)

Voici, tiré de tous les commentaires, un point de vue très intéressant d'un homme ayant vécu et travaillé en Russie! :

Ce n’est pas impossible, en tous cas ça m’a effleuré l’esprit quand les gens ont commencé à dire que la chute du baril allait les mettre à genou.

La baisse du rouble permettait d’encaisser malgré l’effondrement du prix du baril, autant de roubles qu’avant ce qui ne changeait rien au niveau intérieur :

– le baril à 100 $ avec un dollar qui s’échange à 50 roubles = > 5000 roubles – le baril à 50 $ avec un dollar qui s’échange à 100 roubles = > 5000 roubles

Puis il suffit de refaire monter le rouble pour décrocher le jackpot.

Déjà là , je me suis demandée si les agresseurs de le Russie n’étaient pas des malades : La Russie ce n’est pas la Grèce, ni le Portugal ni l’ Espagne avec des dettes et des olives, les russes ont du répondant ( réserves de change, stock d’or, matières premières ).

Puis l ‘effondrement du rouble permettait à la Russie de racheter les roubles qui trainaient partout pour pas cher de chez pas cher avec leurs réserve de PQ, en dollars ( une super occasion de les refourguer avant que ça ne vaille plus rien ). Quand il y aura moins de roubles dehors en circulation et qu’ils obligeront les autres pays à payer ce dont ils ont besoin ( la Russie est riche en matières premières ) en roubles, le cours remontera forcément. Double jackpot.

Mais ce n’est pas ce qu’ils ont fait apparemment.

L ‘autre jour j’entendais Emmanuel Lechypre tout content d’annoncer un scoop , nous expliquer que la Russie était à genou : Toute son économie est basée sur le pétrole et le gaz. ( que dire alors des saoudiens et consorts qui n’ont que ça et du sable ? )

Déjà il faut voir dans quelle situation Poutine a pris les commandes de la Russie et voir où elle en est aujourd’hui. (Si Hollande en fait le 1/10 ème sur son quinquennat, on peut sortir le champagne ).

Je veux rien dire , mais :

1 : la Russie a une industrie militaire performante et vend des avions, des missiles, des sous marins, des armes sur toute la planète. Alors qu’en France on fabrique des avions tellement bien qu’on arrive pas à en vendre un seul et quand on arrive à vendre deux bateaux aux russes, il faut qu’on saborde la vente. Les Eurofighters de l’ UE étaient à nouveau cloués au sol, comme les F35 américains qui ont déjà englouti des milliards de $.

Qui trimbale nos chars, hélicos et VBI en Afghanistan, au Mali ou ailleurs ? Ce sont des Antonov russes ( Antonov fabrication ukrainienne qu’en adviendra-t-il ?)

http://www.nouvelordremondial.cc/2013/01/21/mali-moscou-promet-une-aide-militaire-a-la-france/

http://fr.rbth.com/mali_des_avions_russes_pour_loperation_serval

2 : la Russie a une industrie spatiale de haut niveau. Pendant des années ils ont assuré seuls la navette entre le Terre et le vaisseau spatial international.

Ils ont leur propre système GPS qui marche alors que les premiers satellites de Galiléo ont des pannes avant qu’on ait envoyé le lot complet, tellement on a explosé les délais, pour défaut de gouvernance au niveau européen.. ( leur lanceur nous a foutu dedans pour la dernière mise sous orbite, mais bon c’est les risques et ça coutait moins cher qu’ Ariane.. )

Ils prévoient d’envoyer des satellites de défense avec des radars perfectionnés.

3 : la Russie a une industrie nucléaire : elle vend des centrales à l’ Iran, à la Chine et bientôt à d’autres pays, alors qu’ Areva est en train d’engranger des pertes de plusieurs milliards de dollars en achetant des mines en Nabimie et au Niger qui ne produisent rien ! Plus le fiasco de l ‘ EPR.

Ce sont des secteurs Hi-Tech, donc ils ont une bonne industrie électronique et informatique. Demain c’est la robotique.

4 : la Russie a une bonne industrie du poids lourd : Kamaz a aligné huit victoires consécutives au Paris Dakar, détrônant la Slovaquie. C ‘est pas rien !

« La catégorie camion vivra pour la première fois sur le Dakar une étape marathon avec une halte dans un bivouac dédié. Cette séquence clé fera partie des difficultés à gérer pour Andrey Karginov et l’équipe Kamaz, qui dispose de nombreux atouts pour poursuivre sa domination sur l’épreuve. Mais ses rivaux, Gérard De Rooy en tête, sont à l’affut…

On ne voit que du bleu ! Dans le palmarès du Dakar, la catégorie camion vit au rythme donné par l’écurie Kamaz, dont le cheval d’argent s’est taillé la part du lion : 12 titres conquis sur les 18 dernières éditions. La victoire 2014 a même été complétée par un défilé de haute voltige des pilotes russes, puisque derrière Andrey Karginov, trois de ses collègues complétaient le Top 5. Pour ajouter à la qualité de la feuille de route de l’armada l’année dernière, les quatre pilotes en question affichaient une moyenne d’âge de 31 ans, qui valide parfaitement l’entrée dans l’ère post-Chagin… le Tsar a fait des petits dignes de porter le pédigrée. »

Qu’il y ait des choses à améliorer en Russie , notamment au niveau du financement des investissements des entreprises, je ne dis pas ( c’est l’héritage Eltsine ) mais on est encore bien plus mal barrés que les russes et ce n’est pas prêt de s’arranger avec la désintégration de l’enseignement dans nos écoles : la fabrique des crétins.

Pierre Dieuze, Le lundi 22 décembre 2014



Un immense merci à Pierre qui nous éclaire la Russie d'une façon très différente des caricatures idiotes de la Russie remplie d'ivrognes analphabètes. Les relations qu'entretiennent la France avec la Russie sont stupides. Il ne faut jamais humilier les Russes dont nous sommes d'ailleurs beaucoup plus proches culturellement qu'on ne nous le laisse croire. Encore merci Pierre.

Bruno HAAS, Le lundi 22 décembre 2014



Merci Bruno
y aillant vécu et travaille , je suis pris d un fou rire énorme lorsque je lis les "sonneries" de certains! Quand a la proximité, Vladimir Volkoff (grand prix de l' académie française en 1980) rappelait que nous sommes sur le même continent que Moscou (capitale de l univers pour ceux qui y ont vécu) est a 2900 kms conte 7000 kms a ouachingtonne.... c'est dire l'écart! Bon joyeux Noël a Tous!

Pierre Dieuze, Le lundi 22 décembre 2014



mercredi, novembre 19 2014

La Russie culturelle : le Samovar - самовар

Le samovar est inséparable de la culture du thé russe.

Plus qu’un objet du quotidien, un foyer et une source de chaleur, le samovar est un rituel associé dans la société russe à la convivialité que ce soit en famille, entre amis ou officiels.
Les premières traces du thé en Russie datent de 1567 : deux cosaques – Petrov et Yalychev – le citent comme un merveilleux breuvage chinois et décident d’en faire leur boisson favorite. Il faut cependant attendre la fin du XVIIe siècle pour que le thé devienne une denrée d’importation régulière vers Moscou.
Le thé ne fut d’ailleurs longtemps disponible que dans cette ville et resta, pendant presque deux siècles, l’apanage des Moscovites, que, par dérision, les Russes appelaient « les buveurs de thé » ou « les buveurs d’eau chaude ». Ce n’est qu’à partir des années 1850 que la consommation de thé se répandit dans tout l’empire et gagna l’ensemble des couches sociales.
Le thé, en Russie, est indissociable du samovar. Inventé au début du XVIIIe siècle dans l’Oural, cet objet, destiné à préparer le thé, ne s’est vraiment répandu qu’en même temps que la démocratisation du thé. Source de chaleur autour de laquelle se réunit la famille, le samovar est une sorte de grande bouilloire qui permet de maintenir plusieurs litres d’eau à la bonne température pour préparer le thé.
Le samovar est constitué d’un foyer, d’un grand récipient évidé en son centre et d’une cheminée. Dans le foyer, un brasier de charbon de bois est préparé et sert à chauffer l’air qui se trouve dans la cheminée qui le surmonte : ce système permet d’amener et de maintenir l’eau à une température constante. La forme du samovar est étudiée de façon à ce que l’on puisse entendre les différents stades de l’ébullition de l’eau : elle commence par « chanter », puis « bruire » et enfin « gronder comme la tempête ». C’est lorsque l’eau bruit, qu’elle est prête.
Un robinet, placé sur la paroi extérieure, permet de remplir aisément tasses et théières. La théière, dans laquelle un extrait de thé très concentré est préparé, est posée au-dessus de la cheminée, et est ainsi maintenue au chaud. Pour se servir, chacun verse dans sa tasse un fond de thé, qu’il rallonge d’eau chaude. Pour refroidir la liqueur, il arrive souvent que la tasse elle-même soit vidée dans une soucoupe et que l’on boive le thé directement dans ce deuxième récipient.

Samovar
Samovar
Samovar

Le thé est très présent dans la société russe et a même donné des expressions idiomatiques courantes : « pourboire » se dit, par exemple, « na tchaï » qui signifie « pour le thé ». Sur le plan social, la réunion autour d’une tasse de thé a revêtu diverses significations : de caractère intime et familial à l’origine, cette réunion est devenue par la suite un acte très socialisé dont la dimension mondaine et officielle occultait complètement la chaleur et le bien-être.
Aujourd’hui, boire un thé autour du samovar, c’est accomplir un geste convivial et chaleureux, comparable aux réunions familiales originelles, dont on peut trouver des descriptions dans toute la littérature russe du XIXe siècle et du début du XXe siècle. C’est un instant de partage, au sein de la communauté, pendant lequel tout le monde s’arrête un moment pour jouir du foyer et de la présence de chacun.

Samovar récents

texte : http://voyages.ideoz.fr/
Crédit photographique : Joel Kuhlmann

samedi, octobre 25 2014

AGILITY- 3ème Spéciale PUMI - Mehun/Yèvre

17 Pumis (oui, vous avez bien lus, 17 :-) ) étaient présents dont quelques uns sont venus de loin uniquement pour le " pumifun";
Les classements ont été établi sur le cumul des pénalités sur 2 épreuves d'agility +1 jumping
Les podiums ont été les suivants:

  • Catégorie standard:
    • 1er Draga à Paulette Corot,
    • 2ème Izmos à Pietrzak Isabelle,
    • 3ème Izes à Desblaches Hélène
  • Catégorie + :
    • 1er Edes à Charolles Bernard,
    • 2ème Eden à Lopès Evolène,
    • 3ème Echo à Randi Nathalie


Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014
Agility - 3ème Spéciale Pumi de Mehun sur Yèvre 2014

mercredi, juillet 16 2014

Vignette pour les usagers des routes allemandes dès 2016

Allemagne Si vous avez pour habitude de passer par l'Allemagne (ce qui est le cas pour les français désireux de rendre visite au Felálló-Fülű Pumi Kennel en Estonie) , préparez-vous à mettre la main au portefeuille !

Ce n'était un secret pour personne. Le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, avait annoncé au début de l'année la mise en place prochaine d'un système de vignette obligatoire pour les étrangers qui souhaitent circuler sur le réseau routier outre-Rhin.

Lundi, le Ministre a présenté son projet de loi. Dès le 1er janvier 2016, les usagers des routes et autoroutes allemandes devraient donc devoir s'acquitter d'une taxe sous forme de vignette pour avoir le droit de circuler.

Les routes aussi concernées

A la base, seules les autoroutes devaient tomber sous le coup de cette nouvelle législation, mais Alexander Dobrindt est revenu sur ses dires en affirmant que l'ensemble du réseau routier d'Allemagne serait concerné. La raison ? La peur de voir les routes secondaires prisent d'assaut par les automobilistes ne souhaitant pas s'acquitter de la fameuse taxe.

Autre nouveauté : alors que la mesure ne devait concerner que les étrangers, les Allemands devront maintenant eux aussi s'y plier, et ce afin d'éviter de voir Bruxelles pointer du doigt l'Allemagne pour discrimination à l'égard des étrangers.

Que les Allemands inquiets se rassurent : alors qu'ils paient déjà une taxe annuelle connue sous le nom de KFZ-Steuer, le gouvernement réfléchirait à une refonte de celle-ci pour éviter que ses concitoyens ne se voient dans l'obligation de s'acquitter de deux taxes à la fois. Il s'agirait alors de mettre en place une compensation financière en effectuant une réduction de l'impôt annuel pour qu'il se retrouve au plus près du cout de cette nouvelle vignette.

Vignette temporaire ou annuelle : le choix revient aux usagers

Si vous faites le choix d'une vignette temporaire, il devrait vous en couter 10 € pour 10 jours ou 20 € pour deux mois. Concernant la vignette annuelle, les choses se compliquent car le montant dont vous devrez vous acquitter va dépendre de trois critères : nature du carburant utilisé, puissance et date de mise en circulation du véhicule.

Un procédé qui devrait rapporter à l’État allemand 2.5 milliards d'euros par législature afin d'entretenir ses installations routières.

jeudi, juin 12 2014

Pour les pumis jardiniers, les plantes invasives à éviter.

There is as yet no quantitative estimate of the number of non-native invasive taxa in the aquatic and terrestrial environments of Europe. The EU funded DAISIE project aims to address this gap by bringing together European datasets via a network of international expertise to deliver the first pan-European inventory.

DAISIE.jpg

Une espèce invasive est une espèce exotique qui devient nuisible à la biodiversité autochtone. L'Europe a mis en place le programme DAISIE.

Les plantes envahissantes parviennent le plus souvent à s’installer dans des milieux déjà perturbés par les activités humaines, là où l’on a retourné la terre pour construire une route par exemple, cela crée des niches écologiques idéales pour ces espèces pionnières », note Guillaume Fried, ingénieur agronome expert des plantes invasives. « On ne connaît aucun cas d’espèce indigène totalement disparue à cause d’une plante invasive. Par contre, il y a des plantes déjà menacées pour de multiples raisons qui le sont encore plus à cause de plantes envahissantes », poursuit par ailleurs l’auteur du Guide des plantes invasives. Et qui introduit ces plantes ? Dans 40% des cas, ce sont des jardiniers... pour des raisons ornementales. Le plus souvent après les avoir achetées en jardinerie où aucune loi n’interdit leur vente ni n’impose d’étiquetage particulier. « Il faut se renseigner avant de planter », conseille Guillaume Fried.
Il a été identifié 100 espèces invasives exotiques dangereuses en Europe. Le site Web dédié aux espèces invasives permet de rechercher des informations sur les 8.996 espèces exotiques présentes en Europe, les 63 pays/régions dont des îles et 39 zones côtières. De plus pour les 100 espèces les plus dangereuses il y a des informations sur leur biologie, écologie, habitat, distribution géographique, les voies d’introduction, les tendances invasives, les impacts et les méthodes de prévention et de gestion.
Voilà donc la liste des plantes invasives à éviter :
Pour les plantes terrestres http://www.europe-aliens.org/specie...

http://www.europe-aliens.org/defaul...



Des plantes connues et vues régulièrement, ne sont pas à privilégier comme par exemple :

  • L’arbre à papillons (ou Buddleia de David) - L’alternative : Il peut être remplacé par le lilas de Perse
  • La Griffe de sorcière (Carpobrotus edulis) - L’alternative : Elle peut être remplacée par le gazon d’Espagne (Armeria maritima), ou par la Malcomie littorea
  • Le Rosier rugueux (Rosa rugosa) - une foultitude de variétés locales et/ou anciennes
  • La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum). Elle peut, en plus, être dangereuse pour la santé - L’alternative : Elle peut être remplacée par de très nombreuses espèces : la marguerite commune (Leucanthemum vulgare), la valériane (Valeriana officinalis L.), la salicaire commune (Lythrum salicaria) ou l’Anthémis des teinturiers (Anthemis tinctoria).
  • L’Herbe de la pampa (Cortaderia selloana) - L’alternative : On peut la remplacer par une autre plante exotique mais non envahissante : l’Ampelodesmos mauritanica.
  • La renouée du Japon (Reynoutria japonica) - L’alternative : Cette plante de parterres peut être remplacée par des centaines d’autres. Pensez à l’Achilée millefeuille qui lui ressemble et est en prime l’amie des composteurs ou encore à la consoude dont le purin fortifie les cultures.
  • Les plantes d’aquarium : « Certaines personnes rejettent le contenu de leurs aquariums dans le milieu naturel, ce qui permet à certaines plantes de s’y développer. Certains plans d’eau en sont totalement recouverts, ce qui réduit le taux d’oxygène dans l’eau et donc nuit à la faune voire conduit parfois à l’eutrophisation du cours d’eau », avertit Guillaume Fried. Sont visées notamment les élodées et le Lagarosiphon mayor.

vendredi, juin 6 2014

Palsi, place et cure de silence pour les pumis

Victime des pollutions sonores mais aussi de nos comportements, le silence disparaît. Pourtant, il révèle notre rapport à l'autre. L'anthropologue David Le Breton livre son regard sur ces évolutions.
David Le Breton est anthropologue et sociologue. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le silence et la marche. (1)

Terra eco : Dans vos livres, vous faites l’éloge du silence. Est-ce parce que nous vivons dans un monde de plus en plus bruyant ?

David Le Breton : Le bruit est de plus en plus permanent, oui. Les bruits des activités humaines nous entourent en permanence, à commencer par celui des voitures. On rajoute aussi du bruit, comme la musique d’ambiance dans les gares et dans les magasins ou dans les restaurants, au point que parfois il y a tant de bruits qu’on ne peut pas se parler. On vit dans un monde de bruit et le silence devient de plus en plus rare. Cette musique nous rassure, c’est vrai, mais l’omniprésence du bruit est néfaste, c’est un écran qui coupe le lien social, il empêche aussi la pensée, des études montrent par exemple que les enfants qui vivent dans le bruit réussissent moins à l’école.

C’est pour cela que nous cherchons de plus en plus à trouver ces silences, ces pauses ?

Oui, c’est la raison du succès prodigieux d’activités comme la marche, la méditation, le yoga et toutes ces choses qui permettent de plonger en soi-même pour s’éloigner du brouhaha. Ce sont des formes de résistances au bruit et au bavardage du monde contemporain.

Personnellement, à quoi vous sert ce silence ?

J’ai moi-même toujours été silencieux. Si je considère que je n’ai rien à dire je préfère me taire. J’ai donc grandi en étant toujours considéré comme « taiseux », et j’ai pu observer la gêne qui était suscitée autour de moi par cette réaction un peu à part. Paradoxalement, le silencieux est vu non pas comme quelqu’un de humble mais comme quelqu’un de négatif au regard du lien social. Plus tard, j’ai participé à des groupes de réflexion entre étudiants qui consistaient à ne penser et ne parler que du moment présent. Le résultat était des moments de silence qui pouvaient durer très très longtemps. J’ai vu alors, en tant qu’anthropologue, la puissance du silence. Le silence permet de révéler beaucoup de choses, il montre notre rapport à l’autre, il montre toutes les constructions sociales dont nous sommes l’objet et auxquelles nous participons. Certaines personnes ne le supportaient pas et devaient quitter la pièce, parce que le silence les angoissait ou rappelait la mort de proches.

Vous dites donc à la fois que le silence peut déranger mais aussi qu’il y a trop de bruit ?

Ce n’est pas contradictoire. Pensez aux personnes bavardes. Le bavard est celui qui ne laisse pas de silence, qui parle tout seul, on a même l’impression qu’on est interchangeable face à lui. Mais même les gens bavards peuvent être incommodés par le bruit ! L’important c’est de pouvoir choisir et alterner. Le silence est aussi quelque chose de très relatif selon les personnes et les sociétés. Il y a par exemple des sociétés où l’on est capable de rester silencieux pendant très longtemps. Il y a beaucoup d’anecdotes d’ethnologues qui racontent s’être assis avec des Amérindiens, avoir posé une question et avoir été déboussolé d’entendre la réponse une heure après seulement. Certains enfants amérindiens sont donc assez mal à l’aise dans les classes quand les professeurs posent des séries de questions juste pour susciter la participation. A l’inverse, il y a des sociétés où l’on parle sans arrêt. Au Maghreb, on voit parfois des conversations interminables. La communication sert à la reconnaissance mutuelle. Elles disent : « Je suis content que tu sois là, tu es content que je sois là ». Nous, nous sommes à mi-chemin entre ces deux cas. Le silence dans une conversation nous gêne, on a peur de laisser penser à l’autre que sa parole ne nous intéresse pas. On ne sait plus où mettre ses yeux, on se sent maladroit, on se sent mis à nu et vulnérable. C’est la fameuse formule « Un ange passe » qui est utilisée de manière extrêmement conventionnelle et rituelle et qui permet de relancer la conversation après un rire.

Nos conversations manquent-elles aussi de silence ?

Les conversations deviennent envahissantes, à cause notamment des portables. C’est très frappant, faites-y attention dans la rue, il y a toujours une personne en train de téléphoner ou d’envoyer un SMS. La parole déborde dans l’espace public. Beaucoup de personnes mangent avec leur portable posé sur la table. Mais la parole téléphonique n’est pas celle de la conversation, elle est plus insistante, la voix accentue certains mots. Si deux personnes autour de vous parlent, cela vous gênera moins que si une seule est en train de discuter au téléphone. Henry David Thoreau se demandait (Dans Walden ou la Vie dans les bois, ndlr) ce que les gens allaient trouver à se dire quand est arrivé le télégraphe. La réponse, nous la voyons encore mieux avec l’usage du téléphone portable, il ne sert pas à se dire quelque chose mais à la reconnaissance sociale. J’ai eu la chance de grandir à une époque où l’on attendait la lettre pour avoir des nouvelles de quelqu’un. Ce qui était très précieux se banalise aujourd’hui. Quand un couple se retrouve le soir il peut y avoir un vrai plaisir à se raconter ce qu’on a vécu, ce qu’on a ressenti. Se donner des nouvelles toute la journée peut nous priver de ce plaisir. On perd un peu de sens et d’émotion au profit de la sécurité.

(1) Du silence, (Editions Métailié, 1997). Marcher. Eloge des chemins de la lenteur, (Editions Métailié, 2012)

Rédacteur : Thibaut Schepman à TerraEco http://www.terraeco.net/


Le silence est un véritable ami qui ne trahit jamais - Silence is a true friend who never betrays
Pour vous ressourcer dans un cadre serein, avec vos pumis (et vos autres compagnons), vous pouvez prendre contact :
Palsitalu OÜ
Võrumaa, Meremäe vald, Palsi talu
65319 Miikse küla
Estonie
Tél maison +372 7860220
Mobile +372 56699386

mardi, avril 22 2014

Database sur les plantes

MULTILINGUAL MULTISCRIPT PLANT NAME DATABASE

The distributed database M.M.P.N.D. and closely related sites

Voici une database vraiment intéressante, qui nous vient d'Australie.
Vous pourrez y trouver le nom courant d'une plante (certaines plantes en de nombreuses langues!) à partir du nom savant (Classification de Cronquist de 1981 ou APG III de 2009), et plein d'autres choses encore!

http://www.plantnames.unimelb.edu.a...

Note : Je vous indique certaines autres database interessantes, et qui concernent le monde végétal (description, lutte contre les maladies, etc..), mais aussi animal, comme par exemple :

mardi, avril 1 2014

Pumi family, voici une encyclopédie pour votre jardin

Jardin! L'encyclopédie

Le printemps est là, vous avez peut-être besoin d'aide pour mieux connaitre certaines plantes.

http://nature.jardin.free.fr/
Et n'oubliez pas, la préservation de la BIODIVERSITÉ offerte par la Nature doit être une priorité

Un forum a été créé pour permettre aux Jardiniers qui le souhaitent de partager leurs graines, leurs bulbes, leur savoir-faire, et ce, dans le but de contrecarrer les plans de nos chers amis des lobbys industriels si souvent dénoncés par nos soins sur notre blog, et rappelez-vous la décision de la cour de justice européenne de ne commercialiser que les semences inscrites aux catalogues officiels…
Ce forum est tenu par des bénévoles, tous les échanges sont et doivent rester gratuits et sachez qu’aucune tentative de commerce n'est tolérée.
Prêt à entrer dans la communauté des Brindherbes ? Alors à vos échanges !!

* Nouvelle adresse http://lesbrindherbes-100-racines.o...
* Archives http://brindherbes-100-racines.xooi...

Une petite citation de printemps :
Plutôt mourir debout que vivre à genou! Il n'y a que la liberté d'agir, de penser qui soit capable de produire de grandes choses.( JEAN LE ROND D' ALEMBERT)

jeudi, mars 20 2014

Pumi Forró n'aime pas les gros chiens!

à Helsinki, dans un parc pour chien, Forró s'attaque à plus grand que lui ;-)

Forro à l'attaque (19 mars 2014), dans un parc pour chien à Helsinki

vendredi, juin 7 2013

Les vacances arrivent... quelques trucs!

  • Logement

Pensez à Airbnb pour louer votre appartement, votre maison, une chambre que vous n'occupez pas... et pour louer pour les vacances en France et à l'étranger.
https://www.airbnb.fr/ ou https://www.airbnb.com/

lundi, mars 25 2013

Pour les pumis qui vont à Budapest...

GEO N°381 Nov 2010 logo

Pour les pumis, et leurs maitres, qui vont à Budapest au mois de mai pour le Championnat du Monde de Beauté, voici deux extraits d'un article paru dans GÉO du mois de novembre 2010 qui peuvent être intéressants pour vous.
GEO N°381 Nov 2010 - Budapest - Les bains
GEO N°381 Nov 2010 - Budapest - A faire et à éviter

mardi, janvier 29 2013

Un canicross parfait pour pumis en Estonie le 21 avril

Si votre voyage vous mène en Estonie au mois d'avril... un canicross sympa d'environ 5kms, sur des sols principalement mous, dans le parc naturel de Luitemaa, en lisière de forêt.
Les inscriptions :

  • Elles peuvent se faire jusqu'au 19/04 à 17h00 sur internet http://www.2silda.ee, PortArtur Pärnu - logo
  • ou au point d'accueil du centre commercial de Port Artur à Pärnu jusqu'à 18h00...
  • et même sur place à Rannametsa le jour de la course entre 08h30 et 09h30.

Il vous en coutera 8€ si vous vous inscrivez avant le 31 mars sur internet, 10€ du 01 avril au 19 avril, et 15€ le jour de la course.
Départ à 10h00, Vana-Riia maantee dans le village de Rannametsa küla.
Les différents classements :

  • Enfants nés entre 2000-2006 (7-13 ans)
  • Juniors garçon (M) 1995-2000 (14-18 ans)
  • Juniors fille (N) 1995-2000 (14-18 ans)
  • Hommes avant 1995 (+18 ans)
  • Femmes avant 1995 (+18 ans)

Le prix comprend : le dossard, la puce transpondeur (à rendre), restauration, parking gratuit, service de piste, le service médical, la garde des bagages, une boisson pour sportifs Vichy Vivasport.
Les chiens doivent être âgés de plus de 1an, vaccins à jour (passeport européen)
Pour tous renseignements complémentaires :
Birjo Piiroja – Tél : +372 / 56 237 964, e-mail: info@lemmikloom.eu
http://www.2silda.ee/rannametsa_lui...
http://www.lemmikloom.eu/

Koerte Luitekross 21 aprill 2013 - Sand Dune Race - Canicross

vendredi, septembre 14 2012

Vacances 2013 pour pumis : une semaine dans la Puszta à Hortobágy

Passez une semaine avec nous, à Hortobágy dans la Puszta, la patrie de la culture pastorale hongroise.

Apprenez à connaître la mère-patrie de votre pumi et toutes les choses qui ne peuvent être vécues que dans le pays d'origine des chiens de berger hongrois (Puli, Pumi,Mudi, Komondor, Kuvasz).

Csipke à Hortobágy - août 2008

Propriétaires de chiens de Berger Hongrois et camp d'éleveurs à Hortobágy

Période: du 19 au 25 Mai 2013, une semaine après le World Dog Show.
Organisateurs : MEOE Hungária Pumi klub et Duna-Tisza Magyar Pásztorkutyás Hagyományőrző és Sport Egyesület
PROGRAMME prévu pour la semaine :

  • Dimanche:
    • Arrivée et installation à l'hôtel (Hortobágy-Borsos)
  • Du lundi au vendredi, programme quotidien:
    • Petit déjeuner
    • L'éducation à la conduite de troupeau / La formation du chien
    • Programmes additionnels (voir ci-dessous)
    • Déjeuner
    • L'éducation à la conduite de troupeau / La formation du chien
    • Programmes additionnels (voir ci-dessous)
    • Souper
  • Samedi:
    • Compétition de conduite de troupeau et examen d'aptitude naturelle de travail au troupeau.

PROGRAMMES additionnels :

  • Explication et vue de l'artisanat folklorique hongrois (Whip, gaine de/et couteau de poche, sculpture sur bois, tissage, spin, poterie, feutrage)
  • Visite des expositions permanentes de Hortobágy
  • ballade dans la Puszta en chariot
  • Voir les animaux traditionnels hongrois
  • Visite du très célèbre haras Máta (divertissement organisé par ses cavaliers)
  • Visite du Parc national d'Hortobágy (chevaux sauvages, loups, race ancienne de taureaux, d'autres animaux indigènes vues dans leur habitat naturel)
  • Voyage dans les lacs de pêche de Hortobágy, démonstration de pêche
  • Visite à pieds de la faune de Hortobágy (Borzas szeg)
  • Visite de bergeries d'élevage de moutons hongrois Racka - Magyar Rackajuh (Szeghalom)
  • Conversation avec des bergers actifs et pensionnés, et ceux qui peuvent porter le titre de pasteur éternel de Hortobágy.

PRESENTATIONS lors des nuits:

  • Gencsi Zoltán Hortobágy- et bovins gris hongrois, Patrimoine des pasteurs Kunkovács László, ainsi la voie des bergers à Hortobágy Molnár Zsolt.
  • Diverses présentations (À propos de nos associations, dressage des chiens de berger, élevage, nos espèces, les normes de nos chiens, leurs valeurs initiales ..)

Les organisateurs prendront des dispositions pour les chambres, les repas et le transport local. Des traducteurs anglais et allemand seront présents.

S'il vous plaît, pouvez-vous vous préinscrire le plus tôt possible car nous ne pouvons procéder à cet événement que si nous avons un intérêt suffisant. Nous ne sommes pas en mesure d'établir actuellement le coût définitif de cette semaine (ce ne pourra être fait qu'après les préinscriptions).

Préinscription et questions:
  • fafarag@gmail.com
  • keve@baja.hu


http://www.magyarpasztorkutya.hu/ak...

  • Tél : +36303495496

dimanche, juillet 29 2012

Randonnées : Oandu-Ikla matkatee - La traversée de L'Estonie du Nord au Sud - une merveille pour pumis !

Oandu-Ikla matkatee

RMK_matkatee.370_km.png

En Estonie, il existe, depuis le 15 juillet 2012 (Il est complet depuis seulement une dizaine de jours!) un sentier de grande randonnée qui traverse toute l'Estonie du Nord au Sud, de Oandu à Ikla, soit 370km de régal pour les yeux, votre corps, votre ventre, etc..
Comme dans de nombreux endroits d'Estonie, ce chemin est très bien balisé, avec de nombreux points de bivouac avec barbecue et bois, toilettes sèches propres et entretenues, abris, etc..
Il est sous l'égide du RMK, un peu l'équivalent de nos "Eaux et Forêts".
Vous pouvez avoir de plus amples renseignements sur le site http://www.rmk.ee/ en estonien et anglais.
Sites spécifiques pour ce sentier :

Sentier de randonnées en Estonie, 370km de Oandu à IklaMyrtilles et Ronces petit-murier dans une tourbière, un régal pour les yeux et le ventre, Pillapalu, EstonieIndications RMK toujours présentes (ici, pour le parcours de JUSSI LOODUSE õPPERADA)

Photo by Joel Kuhlmann near Pillapalu


First hiking trail to cross Estonia completed 15.07

http://www.rmk.ee/organisation/pres...

Today, RMK unveiled a 370-kilometre hiking trail that crosses Estonia and had been in the works for ten years.
According to Aigar Kallas, Chairman of the Management Board of RMK, the construction of the hiking trail linked up the existing trail segments, while also creating new ones. “The hiking trail begins in Lahemaa National Park, passes through six counties, two national parks, nine protected areas and three recreation areas in the State forest, ending at the Estonia/Latvia border crossing at Ikla,” said Kallas, adding that, thanks to Estonia’s terrain being relatively flat, completing the trail should be physically manageable for all.
The RMK hiking trail is marked with kilometre posts and direction signs that make it difficult to get lost. Information boards on the trail highlight forest management and forest heritage, culture and recreation. Accurate trail maps and legends are available from RMK’s nature centres and information points, which number 26 across Estonia.
“Traditionally, the master builder of a bridge always had to be the first to cross a foot log, in light of which I am planning, as a representative of RMK, to complete the adventure of the entire trail together with some fellow hikers,” said Aigar Kallas, adding that the first hikers would overnight at the same facilities as all the people of Estonia – 33 marked camping pitches, forest houses and huts lie on the route.
Over ten days, the entire length of the hiking trail will be completed – on foot, by bike, by ATV, on horseback and by small flat-bottomed boat – by Aigar Kallas, Chairman of the Management Board of RMK, Alar Sikk, mountaineer, Tõnu Jürgenson, hiking expert, Heleen Vennikas, ultra athlete, Julia Ivanova, physician, and Kristjan Kaljund, film-maker and photographer. On the various sections of the trail, they will be joined by Tiit Pruuli, entrepreneur and wanderer, Kadri Adamson, actress, Kertu Jukkum, voice on the radio, Gerli Padar, singer, Jüri Leiten, Director of Eesti Kontsert, Katrin Klein, Marketing Manager of Eesti Kontsert, Jarek Jõepera, shutterbug, Kai Realo, Director General of Statoil, Hannes Võrno, professional military man and hunter, Anneli Talvik, general practitioner, Keit Pentus, Minister of the Environment, and Tõnu Ehrpais and Margit Härma, entrepreneurs.
To follow the wayfarers every step of the way, go to the dedicated Web page and the RMK blog, accessible from www.loodusegakoos.ee. A video clip showcasing the hiking trail is available for viewing from http://loodusegakoos.ee/matkatee-bl....
RMK is a profit-making state agency established under the Forestry Act, aimed at sustainable and efficient management of the state forest. RMK grows reforestation material, organises forest works, executes practical nature protection works and is engaged in forest management and timber sales. In addition to that, RMK creates hiking and forest recreation opportunities at its recreation areas, five national parks of Estonia and approximately 40 other reserves, and shapes people’s knowledge of nature. RMK manages 38% of Estonia’s forests.
RMK logo Further information:
Marge Rammo
Head of the Nature Preservation Department of RMK
Tel: 513 7035
E-mail: marge.rammo@rmk.ee
http://www.rmk.ee/loodusegakoos

jeudi, janvier 27 2011

Rencontre PUMI à l'Agility European Open 2011

EO 2011à Bad Hall (Austria)

Objet : EO du 29 au 31 juillet à Bad Hall en Autriche

Agility is fun!

http://europeanopen2011.jimdo.com/

Y at-il des propriétaires de PUMI qui ont l'intention de rester pour la semaine suivant l'EO en Autriche ?
Nous pourrions alors organiser un vrai pumi week, je veux dire, de l'agility, de la marche, d'autres activités, de la natation, parler entre nous, pique-niquer en regardant un feu de camp,..en un mot juste passer de bons moments...pour nous et nos toutous.
Els Verbeke est à l'origine du projet, ainsi qu'Angelika Brandl également propriétaire de deux PUMIS.
Merci de me tenir informer le plus rapidement possible afin de démarrer l'organisation de ce "PUMI WEEK"

Broderie - Pumis Joel Kuhlmann
felallo.fulu@gmail.com









mercredi, janvier 19 2011

Randonnées en Finlande, pays de nombreux pumis : Droits et responsabilités - Jokamiehenoikeudet

Les personnes de toutes nationalités ont le droit de profiter de la campagne finlandaise librement sous le concept juridique traditionnel finlandais, dénommé Jokamiehenoikeudet (everyman’s right in Finland)(Les droits de tout un chacun en Finlande).
Napos Gabor "Aapo"

Mais à ces droits vastes s'accompagnent la responsabilité de respecter la nature, les autres personnes, et les biens.
Des règlements spéciaux dans de nombreux parcs nationaux et réserves naturelles peuvent limiter un peu plus des activités comme le camping, la chasse, l'utilisation de véhicules à moteur, et l'accès aux zones sensibles au cours de la saison de nidification. Ces restrictions sont indiquées séparément pour chaque zone.

La liste ci-dessous résume les principaux droits et responsabilités au sein de l'everyman’s right in Finland :
Vous pouvez :
  1. vous déplacer à pied, à skis ou à vélo dans la nature, ailleurs que dans la cour ou aux abords immédiats d’une habitation et ailleurs que dans les champs, les prairies ou les plantations susceptibles d’être endommagés par votre passage ;
  2. séjourner temporairement - par exemple en campant sous la tente, à une distance suffisante d’une habitation - là où chacun est libre d’aller et de venir ;
  3. choisir des baies sauvages, des champignons et des fleurs, aussi longtemps que les espèces ne sont pas protégées.
  4. pêcher les poissons avec une canne et une ligne.
  5. Utiliser un bateau, nager ou se baigner dans les eaux intérieures et la mer.
  6. marcher, skier, ou conduire un véhicule automobile ou pêcher du poisson sur les lacs gelés, les rivières et la mer.
Vous ne pouvez pas :
  1. déranger les gens ou infliger des dommages matériels.
  2. perturber les rennes, le gibier, les oiseaux nicheurs, leurs nids ou leurs jeunes.
  3. laisser les animaux domestiques sans laisse entre le 1er mars et le 1er août.
  4. abattre ou endommager des arbres en pleine croissance, prélever du bois sec ou du bois abattu, des branchages, de la mousse etc. sur les terres d’autrui ;
  5. faire du feu à flamme nue, sur la terre d’autrui, sans nécessité impérieuse ;
  6. perturber la vie privée des gens en pratiquant le camping trop près d'eux ou en faisant trop de bruit.
  7. polluer en abandonnant des déchets dans l’environnement;
  8. circuler en véhicule à moteur sur les terres (hors des routes et des pistes) sans l’autorisation du propriétaire ;
  9. chasser sans les autorisations nécessaires.
  10. pêcher avec des filets, pièges, bobines et leurres sans les autorisations nécessaires.
Plus d'informations :

Pour plus de détails sur l'everyman’s right, voir le site officiel de l'administration finlandaise de l'environnement

http://www.environment.fi/.

MINISTRY OF THE ENVIRONMENT

Kasarmikatu 25
Les droits de tout un chacun en Finlande . couverture de la brochure P.O. Box 35
FI-00023 GOVERNMENT,
Finland
Phone: +358 20 610 100
Customer service: +358 20 690 160
Fax: +358 9 1603 9320

Vous pouvez télécharger une brochure gratuite (fichier pdf, 1400 kB) sur l'everyman’s right (Les droits de tout un chacun en Finlande) sur le site de l'administration finlandaise de l'environnement (en finnois, suédois, anglais, allemand, français et russe).
http://www.environment.fi/download....
Vous la trouverez également en annexe (version française (Les droits de tout un chacun en Finlande), version anglaise (everyman’s right in Finland) et version finlandaise (Jokamiehenoikeudet).

vendredi, octobre 8 2010

Pumis dans la campagne de TULLN

Les 3 inséparables Pilisi-Kócos Csipke, Felálló-Fülű Fiona et Forró avec le "surveillant" Ribarrouy du Val Soannan dans la campagne autrichienne des alentours de Tulln et sur les bords du Danube le 24 septembre.
Csipke couchée dans l'herbe
Csipke en pleine course
Fiona dans l'herbe
Fiona et Forró en action
Forró et Fiona dans l'herbe
Forró
Forró dans l'herbe
Les 3 pumik
Felálló-Fülű Fiona
3 pumis dans la rosée
Le Danube à Tulln
Sur les berges du Danube
Fiona et la lecture
Poisson du Danube pêché (avant sa remise à l'eau)
Rib, le bain dans le Danube bleu
Ribarrouy du Val Soannan
Ribarrouy dans l'herbe

- page 1 de 2