Felálló-Fülű Pumi Kennel Klub - Felálló-Fülű Пуми клуб

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Ethologie

Fil des billets

mardi, mai 1 2018

Propriétaires de PUMI : Alerte sur les antipuces bourrés d'insecticides neurotoxiques

Logo Journal Libération Journal Liberation http://www.liberation.fr/france/201...

Par Coralie Schaub — 7 avril 2018

L'enseigne Botanic retire de ses rayons animalerie les produits à base de pesticides neurotoxiques comme le fipronil (Frontline, Fiprokil, Effitix, Effipro), dangereux entre autres pour le développement cérébral des enfants. Et invite ce samedi les clients à les rapporter en magasin. Bonne nouvelle : des alternatives existent.
C’est le printemps. Médor et Minou gambadent – appelons-les comme ça, même si c’est cliché. Puces et tiques se régalent. Un collier, une pipette, éventuellement un spray, et on n’en parle plus. Sauf que… Sauf que ce geste est tout sauf anodin. Car ces produits contiennent des pesticides chimiques qui ne sont pas toxiques que pour les parasites, loin de là. Parmi eux figurent la perméthrine (mortelle pour les chats) et la tétraméthrine, insecticides neurotoxiques de la famille des pyréthrinoïdes, lesquels ont été associés par des chercheurs de l’Inserm à une «baisse significative» des performances cognitives des enfants, «en particulier de la compréhension verbale et de la mémoire de travail».
Fipronil, cancer et Alzheimer
Quand les bambins caressent leur animal de compagnie, il y a aussi toutes les chances qu’ils touchent du fipronil. Oui, du fipronil, cette substance très toxique à l’origine du scandale des oeufs contaminés, l’été dernier. Si dangereuse, en particulier pour les abeilles, qu’elle a été interdite depuis 2004 pour les agriculteurs français. Autrement dit, alors que la molécule active de l’insecticide agricole Régent, de la firme BASF, est interdite en agriculture, elle est présente en quantité sur nos chiens et chats, donc partout dans nos intérieurs, sur les canapés et lits, sur nos mains caressantes, notamment via les produits Frontline, de Merial (désormais Boehringer Ingelheim).
En analysant en 2014 des cheveux d’enfants pour y mesurer leur exposition à 53 pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, l’association Générations Futures a constaté une exposition «très importante» au fipronil pour les familles utilisant des antiparasitaires pour chiens ou chats. Ce puissant neurotoxique, nocif par simple contact, qui peut aussi contaminer les bébés à travers le lait maternel, est classé cancérigène possible par l’Environmental protection agency (EPA) américaine. Et une étude publiée en mars dans le Journal of Alzheimer’s Disease démontre que le fipronil et son dérivé, le fipronil-sulfone, induisent chez le rat des changements dans le cerveau typiques de la maladie d’Alzheimer.
«Cette nouvelle découverte doit absolument et urgemment conduire les autorités à se demander s’il ne serait pas temps de réévaluer l’autorisation du fipronil dans les produits pour animaux domestiques, alerte le chimiste et toxicologue Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS et vice-président du Groupe de travail sur les pesticides systémiques (TFSP), qui regroupe une soixantaine de chercheurs de plus de 24 pays sur quatre continents. D’autant que plus on est exposé jeune à cette molécule, plus cela peut avoir des conséquences sur le neuro-développement, car c’est pendant la grossesse et les premières années que se construisent le système nerveux et le cerveau. Et je ne parle même pas de la santé des animaux domestiques ».
Paradoxalement, en plus d’être dangereux, le fipronil n’est plus efficace, car les puces et tiques y sont devenues résistantes, « de sorte que les produits vétérinaires y mélangent la perméthrine (Effitix) ou le non moins controversé pyriproxifène (Effipro) ou le méthoprène (Frontline) », ajoute le chercheur. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) exigera-t-elle le retrait de produits animaliers contenant ces pesticides, comme elle l’a fait en 2012 pour de nombreux colliers antipuces au dimpylate, au propoxur ou au tétrachlorvinphos ? Pour l’instant, officiellement, rien.
Huiles essentielles, pyrèthre et terre de diatomées
Pourtant, des alternatives existent. C’est bien pour cela que l’enseigne Botanic vient de retirer définitivement les pesticides chimiques de ses rayons animalerie, comme elle l’avait fait il y a dix ans en jardinerie. Ce samedi, les clients – et «tous les citoyens» en général – sont d’ailleurs invités à rapporter en magasin ces produits chimiques pour qu’ils soient détruits par un organisme spécialisé dans l’élimination des déchets dangereux. A la place, ils sont invités à découvrir une quarantaine de soins naturels. Les pipettes, shampooings ou colliers contiennent des extraits de margosa (ou neem) et de pyrèthre, arbre et plante reconnus pour leurs propriétés répulsives. Les sprays pour l’habitat sont à base d’huiles essentielles de tea tree, de citronnelle, de géranium rosa et de lavandin.
Surtout, des conseillers sont formés pour expliquer l’importance de la prévention. Comme en agriculture biologique, l’idée est de faire attention, d’observer, pour détecter leur présence le plus tôt possible. On prévient l'infestation avec les répulsifs. De retour de la promenade dans les bois, on inspecte Médor pour les tiques. Et dès les premières puces, passer un peigne trempé dans le l’eau avec quelques gouttes d’huile essentielle de géranium peut suffire pour les capturer. Sinon, en cas d’infestation plus forte, on peut utiliser un insecticide doux à base de pyrèthre.
Ou de la terre de diatomées, une poudre constituée de micro-algues fossilisées, sorte de rasoirs microscopiques qui cisaillent la carapace des insectes, lesquels meurent déshydratés. Testé et approuvé par l’auteure de ces lignes pour se débarrasser d’une infestation de puces cauchemardesque, que des quantités de produits chimiques n’avaient pas réussi à résoudre. Botanic propose aussi, en dernier recours, une solution à usage externe, à base de diméticone, une molécule chimique qui n’est pas un pesticide mais une huile au silicone qui englue les parasites.
Argile et élixirs floraux
«J’ai redécouvert les huiles essentielles dans les années 1990, après avoir constaté une augmentation des vomissements, épilepsies, cancers ou l’apparition de maladies nouvelles telles que l’hyperthyroïdie chez les animaux dont je m’occupais, témoigne la vétérinaire Jacqueline Peker, désormais à la retraite. L’huile essentielle de géranium ou de palmarosa marche bien, y compris chez les chevaux. Idem pour le neem et le pyrèthre, même s’il faut faire attention aux dosages et aux risques d’allergies. L’argile aussi est un produit miracle, pour le moindre bobo, les démangeaisons». A la place des os anti-tartre vendus pour les chiens, la vétérinaire préconise de nettoyer leurs dents au bicarbonate de soude. Et plutôt que du Prozac, prescrit en masse à nos quadrupèdes dépressifs, elle conseille des élixirs floraux qui soignent le mal des transports, l’anxiété, ou l’ennui. «Mais l’alimentation industrielle et la parapharmacie de synthèse sont devenues un énorme business et les résistances sont fortes, y compris chez mes confrères», déplore-t-elle.
Les autres animaleries suivront-elles l’initiative de Botanic, comme cela a été le cas pour les pesticides en jardineries, peu à peu retirés des linéaires ? Et le législateur ? Pour les jardiniers amateurs, la loi interdit la vente en libre-service des pesticides les plus dangereux depuis le 1er janvier 2017, préfigurant une interdiction de la vente aux particuliers des pesticides chimiques le 1er janvier 2019. En attendant que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités et adoptent des mesures similaires pour les pesticides en animalerie, rien n’empêche les propriétaires de Médor et de Minou d’agir en «consom’acteurs».

jeudi, avril 26 2018

Pumi du Sud de l'Europe : la Deltaméthrine dans la prévention de la leishmaniose

La leishmaniose canine

leishmaniose en Europe

La leishmaniose canine atteint essentiellement des animaux stationnés en région méditerranéenne et dans les Balkans. Les chiens vivant à l’extérieur sont plus souvent piqués par des phlébotomes que les chiens vivant à l’intérieur. Les leishmanioses sont des infections parasitaires, inoculables, exceptionnellement contagieuses. Elles sont caractérisées par des manifestations cliniques polymorphes et une grande diversité épidémiologique.
On distingue dans ces parasitoses trois types épidémiologiquement différents, dus à des agents infectieux peut-être différents, de réservoirs et de symptomatologie différents.
On distingue :

  • les leishmanioses cutanées, présentes sur le continent eurasiatique et le continent africain,
  • les leishmanioses cutanéo-muqueuses, décrites sur le continent américain,
  • et les leishmanioses viscérales.

Les leishmanioses sont des parasitoses communes à l’homme et à de nombreux animaux qui apparaissent sous forme de cas sporadiques ou d’épidémies plus ou moins importantes. Il existe plusieurs formes cliniques chez l’homme, on distingue les leishmanioses viscérales ou kala-azar, dans lesquelles le parasite envahit tout le système réticulo-histiocytaire et les leishmanioses cutanées, ou bouton d’Alep encore appelé bouton d’Orient, dans lesquelles le parasite se limite à la peau. Il existe enfin sur le continent américain des formes cutanéo-muqueuses de leishmanioses.

Depuis la découverte du parasite au début du siècle, plusieurs foyers de formes variées de leishmaniose ont été décrits à la fois dans le « nouveau » et « l’ancien » monde. Aujourd’hui, la distribution de la leishmaniose humaine est de plus en plus large dans le monde. La maladie est endémique dans 88 pays, 22 du « nouveau » monde et 66 de « l’ancien » monde (DESJEUX, 2002b), où elle sévit sous forme de foyers localisés.
Ces foyers sont dispersés sur tous les continents, exception faite de l’Antarctique, qui n’abrite pas le phlébotome, vecteur de la leishmaniose (DEREURE, 1999). Ils sont particulièrement présents dans les régions intertropicales, mais il en existe également dans les pays tempérés à étés chauds de l’hémisphère Nord.
Les principaux foyers de leishmaniose cutanée (plus de 90 % des cas mondiaux) sont signalés au Brésil, au Pérou et dans les pays d’Asie du Sud Ouest (Afghanistan, Iran, Arabie Saoudite, République Arabe Syrienne).
La majorité des foyers de leishmaniose viscérale se trouve dans des pays comme le Brésil, le Bangladesh, l’Inde, le Soudan (DESJEUX, 2002b).

Réparation Mondiale de la Leishmaniose (Source : DEDET, 2001)
Le foyer méditerranéen réunit des formes cutanées et viscérales de leishmaniose. Ce foyer concerne l’Afrique du Nord, la Méditerranée orientale et l’Europe du Sud.%% En Europe du Sud, la leishmaniose est initialement rurale et s’urbanise rapidement. Des foyers sont décrits aux alentours des grandes villes. Dans ces zones, le vecteur de Leishmania infantum est présent partout. Les chiens, réservoirs de L. infantum, sont nombreux (DESJEUX, 2002).
Sa répartition n'est pas homogène entre les régions et à l’intérieur de chaque région. Ces différences de localisation sont en rapport avec la répartition des phlébotomes vecteurs, qui affectionnent particulièrement les contrées à climat chaud et humide.

En France, la leishmaniose canine sévit à l’état endémique là où les vecteurs sont nombreux, c’est-à-dire dans le sud de la France. Elle est principalement localisée sur les côtes méditerranéennes, et commence à s’étendre le long de la vallée du Rhône. La zone la plus touchée rentre dans le triangle Andorre- Nice- Lyon (BOURDOISEAU, 2001). Trois foyers de forte enzootie, présents dans le sud de la France, sont distingués :

  • le foyer Cévennes-Languedoc, qui communique avec l’Espagne,
  • le foyer Provence-Côte d’Azur, qui communique avec l’Italie et s’étend au Nord, dans la vallée du Rhône, jusqu’en Ardèche,
  • le foyer Corse.

Les infections sont saisonnières du printemps à l’automne.
Depuis quelques années, on constate en France une augmentation du nombre de cas de leishmaniose à L. infantum chez le chien, notamment dans les départements où la maladie n'existait pas à l’état enzootique, traduisant une avancée de l'aire de répartition du vecteur. Celle-ci est certainement liée aux changements climatiques.

Répartition des deux principales espèces de phlébotomes (Phlebotomus ariasi et P. perniciosus) vectrices de Leishmania infantum en France métropolitaine. Données actuelles sur une zoonose négligée.
Le principal réservoir des leishmanies est essentiellement animal. Le chien domestique représente le réservoir principal. Par contre, en Inde, c’est l’homme qui constitue le réservoir principal.
La contamination par les leishmanies se fait quasi exclusivement lors de la piqûre des femelles, des genres Phlebotomus et Lutzomyia, respectivement dans « l'ancien » monde et dans le « nouveau » monde, qui s'infectent lors du repas sanguin sur un hôte réservoir (infecté) humain ou animal.
Les phlébotomes sont la seule source directe de parasites. Ce sont des insectes diptères, nématocères appartenant à la famille des Phlebotomidae (Psychodidae). Les phlébotomes pullulent dans les régions au climat chaud et humide, où le vent est faible. Ils abondent donc particulièrement dans les zones intertropicales où le risque de transmission est permanent, par contre les phlébotomes ne piquent que durant la saison estivale dans les régions tempérées. Les espèces vectrices de L. infantum intéressant la France sont Phlebotomus ariasi et Phlebotomus perniciosus. Un autre genre est présent en France : Sergentomyia (S. minuta). Mais il n’intervient pas dans l’épidémiologie de la leishmaniose.
L’adulte est de petite taille (moins de 0,5 cm de long), jaune pâle, velu, bossu avec de gros yeux noirs. Ils présentent des ailes lancéolées dressées en V en position de repos. Sa faible dimension, sa pâle coloration et son vol silencieux font qu'il est rarement remarqué. L'existence d'organes génitaux externes très développés chez le mâle permet de le distinguer facilement de la femelle.

phlébotome
phlébotome

Dans nos régions, l'activité du phlébotome est surtout crépusculaire ou nocturne. Le phlébotome se déplace par vol sautillant et saccadé. Les mâles se nourrissent exclusivement de sucs végétaux. Seule la femelle est hématophage. Plusieurs repas sanguins en alternance des repas sucrés sont nécessaires à la maturation des œufs. Les femelles se nourrissent plusieurs fois au cours de leur vie (environ 3 fois à 10 jours d’intervalle, pour une longévité moyenne de 1 mois). Elles inoculent les leishmanies en piquant les chiens dans les zones glabres (chanfrein, conques auriculaires). Le pelage des chiens ne constituent pas une protection.
Chez le chien, il n’y a pas de variation de la réceptivité en fonction de la race ou du sexe. L’âge n’est pas directement un facteur de sensibilité, mais en revanche, le risque d’infection croît avec ce dernier.
Le mode de vie est un facteur favorisant l’infection. Les chiens vivant à l’extérieur (chiens de garde, de berger) ont plus de risques d’être piqués par des phlébotomes. Dans la forme classique de la maladie, on observe assez constamment une modification du caractère du chien, il est apathique, l’appétit est également diminué. Une amyotrophie est également notée, elle intéresse d’abord la tête avec les muscles temporaux et masticateurs. Les fosses temporales se creusent donnant à l’animal une « tête de vieux chien » assez caractéristique. Puis, les membres s’amincissent et les hanches saillent.

Traitement : 

Le traitement ne permet, dans la majorité des cas, qu’une guérison clinique momentanée. Il n’entraîne pas l’élimination des parasites et des rechutes ont lieu régulièrement. Le traitement de choix associe l’antimoniate de méglumine (Glucantime®) et l’allopurinol (Zyloric®).

Conclusion :

La leishmaniose viscérale à L. infantum est une maladie extrêmement grave pour l’homme, d’autant plus que les traitements actuels sont très toxiques et ne permettent pas une guérison parasitaire. En France, cette anthropozoonose est de plus en plus fréquente chez le chien. Cette augmentation du nombre de cas est due à l’accroissement de la population canine et à l’avancée de l’aire de répartition du vecteur. L’importance de la leishmaniose canine, autant liée à sa fréquence qu’à la gravité des symptômes dans les formes cliniques, dépasse l’intérêt strictement vétérinaire. L’enjeu en terme de santé publique est que le chien représente le réservoir de parasites pour l’homme. Ainsi, les tentatives de contrôle de la leishmaniose canine visent à réduire les risques d’infestation de l’homme, plutôt qu’à simplement protéger les chiens. C’est pourquoi l’épidémio-surveillance et la prévention de la leishmaniose canine s’avèrent nécessaires.

Protection :

Pour la protection contre les phlébotomes :
Scalibor logo

  • l’emploi de collier imprégné de deltaméthrine (Scalibor®, laboratoire Intervet) est indiqué à partir de mi-avril pour tous les chiens du pourtour méditerranéen ;
  • de même, les chenils les plus exposés devront être traités fin avril par pulvérisation avec de la deltaméthrine ;
  • enfin, la plantation de bougainvilliers (Bougainvillea glabra) http://nature.jardin.free.fr/grimpa... dans les chenils exposés est recommandée puisque l’activité répulsive de cet arbre vis-à-vis des phlébotomes a été montrée. D'autres plantes font également barrière pour ces insectes : Morelle faux jasmin (Solanum jasminoides ou laxum), rapidement envahissante, on s'en sert pour couvrir les treillages ou les pergolas, ses fruits sont de petites baies pourpres et charnues ; mais attention, elles sont toxiques! et Ricin commun (Ricinus communis) , plante très dangereuse pour les humains et les chiens! toute la plante est du poison et 3 graines de ricin ingérées tuent un chien et peuvent être fatales à un enfant.
Deltaméthrine dans la prévention de la leishmaniose :

La deltaméthrine, synthétisée en 1974 par ELLIOTT et ses collaborateurs, est désignée par les chimistes sous le nom de : (1R, 3R)-3 (2,2-dibromovinyl)-2,2-diméthylcyclopropanecarboxylate de (S)-α-cyano-3-phénoxybenzyle. Sa formule chimique est la suivante : C22H19Br2NO3.
La deltaméthrine est un insecticide lipophile puissant qui diffuse sur l’ensemble du tégument et du pelage du chien. La deltaméthrine ne persiste pas dans l’organisme. La deltaméthrine est un insecticide puissant qui, de part son pouvoir répulsif sur les arthropodes vecteurs, a un effet protecteur contre la piroplasmose, l’ehrlichiose et la maladie de Lyme, maladies parasitaires transmises par les tiques, et laleishmaniose,transmise par les phlébotomes.
Ce collier est à utiliser seul, car toutes les molécules de la famille des pyréthrinoïdes ont des effets toxiques comparables, ce qui a pour conséquence que l’association de deux molécules puissent avoir un effet cumulatif, et augmenter le risque d’allergie cutanée (INTERVET, 2003).
Par précaution, la deltaméthrine bien que n’ayant pas d’effets toxiques comparables avec les molécules d’autres familles chimiques, il est déconseillé d’utiliser ces molécules pendant la période de port du collier (source : dossier d’AMM).
Collier Scalibor L’activité d’un collier (Scalibor®, laboratoire Intervet) utilisé pour la protection des chiens contre les vecteurs de la leishmaniose a été étudiée. Il apparaît que ce collier réduit les contacts entre le vecteur (phlébotome) et le réservoir (chien). Le collier n’assure pas une protection totale et il suffit d’une seule piqûre pour être infecté.
Un traitement trop long, trop concentré, le léchage après un traitement cutané, l’ingestion d’un collier contenant de la deltaméthrine, la répétition du traitement peuvent être à l’origine d’une intoxication du chien.

Mesures prophylactiques afin de prévenir l’apparition de la leishmaniose
  • Une de ces mesures consiste à faire porter aux chiens se trouvant en région d’enzootie un collier qui diffuse un insecticide pyréthrinoïde, la deltaméthrine, ayant un effet répulsif vis-à-vis du phlébotome vecteur de Leishmania infantum. Selon le dossier d’AMM, ce collier est contre indiqué chez les chiots de moins de 7 semaines par précaution et il reste efficace même quand le chien est mouillé.
  • Une autre mesure est de placer le chien dans une pièce décontaminée durant la période du coucher du soleil. Il sera d'autant plus préservé s'il porte un collier; ne pas sortir son chien au crépuscule ou durant la nuit dans les zones infectées.
  • la vaccination : Depuis septembre 2011 est disponible en France un vaccin leishmaniose (CaniLeish ND® du laboratoire Virbac). La vaccination ne peut se faire que sur des chiens âgés d’au moins 6 mois. La primo vaccination consiste en 3 injections à 3 semaines d’intervalle. Ensuite on procédera à un rappel vaccinal annuel. L’immunité sera optimale 4 semaines après la dernière injection de primo vaccination donc 10 semaines après la première injection. Si on compte bien, donc, en commençant un schéma de vaccination début février, on se retrouvera avec un chien immunisé de manière optimale début avril, moment de l’année auquel les phlébotomes commencent à sévir! Avant de commencer le protocole vaccinal, votre vétérinaire vous proposera certainement de réaliser une prise de sang, afin de s’assurer que votre chien n’est pas porteur de la maladie … et donc, de s’assurer de ne pas le faire vacciner pour rien! L’efficacité du vaccin n’est pas de 100% mais le laboratoire annonce que “ce vaccin réduit le risque de maladie d’un facteur de 4″.

les 3 mesures peuvent être, bien sûr, associées.

Utilisation :

Les chiens le portent du 15 avril jusqu’au 15 octobre. Si l’hiver est doux, le collier est mis avant le 15 avril. D’autre part, ce collier doit systématiquement être posé une semaine avant leur départ, aux chiens partant dans des pays où la maladie est présente (Balkans par exemple).
La libération de la deltaméthrine se fait par dissolution, et non pas par évaporation. La diffusion de ce composé très lipophile se faisant par osmose dans le film lipidique sécrété par les glandes sébacées. Cette dissolution étant facilitée par le frottement du collier sur la peau du chien.
Les expériences réalisées ont montré que cette molécule a une affinité importante pour le triphényl phosphate (TTP) contenu dans le PVC. Ce composé étant spontanément refoulé en périphérie du PVC, la deltaméthrine se retrouve donc à la surface du collier, en contact avec la peau du chien. Dans le sébum, il se produit une migration spontanée de la deltaméthrine aboutissant à un gradient de concentration. Des études ont montré qu’une semaine est nécessaire pour que la deltaméthrine soit retrouvée au niveau de la partie postérieure de l’animal.
Il semblerait également qu’il n’y a pas de différence significative entre la performance olfactive des chiens avec ou sans le collier.
Note : les chiens de l'armée, de la gendarmerie et de la police portent ces colliers lorsqu'ils sont stationnés dans le Sud de la France, et le porte systématiquement en opération dans les Balkans, Afghanistan, Mali, etc...

Bibliographie : De nombreuses thèses et recherches dans le Monde entier, mais curieusement pas beaucoup d'écrits en France!

Joel Kuhlmann, Avril 2018


samedi, mars 10 2018

Si vous cherchez de bonnes croquettes pour votre pumi.

On se pose beaucoup cette question :
J’EMPOISONNE MON CHIEN AVEC MES CROQUETTES ?
Un ouvrage existe sur ce sujet :
http://www.dur-a-avaler.com/poison-...
D'autres dressent des listes, mais c'est un peu la "guerre" d'information pour avoir la liste des bonnes croquettes!
Voici l'un des tableaux publiés : https://alertes-croquettes.com/port...
Remarques : Ces tableaux doivent être remis à jour prochainement. Et actuellement les "Fiches produits analysés" ne sont pas disponibles.
Mais cela peut vous mettre sur la voie d'une nourriture sans excédent de glucides de cendres, etc.. pour votre pumi.
2 groupes facebook qui se font un peu la guerre :-(


Des croquettes françaises qui semblent de bonne qualité : Carnilove
http://www.dur-a-avaler.com/frenesi...

Et si vous désirez changer de croquettes pour une suspicion d'allergie, la solution est peut-être là :
http://galileodiagnostics.com/les-a...
GALILEO DIAGNOSTICS
http://galileodiagnostics.com/

  • Adresse : 15 Rue du Bois de la Champelle, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy, France
  • Téléphone : +33 3 83 67 82 17

Bandeau tests alimentaires http://galileodiagnostics.com

samedi, février 17 2018

La Myélopathie dégénérative, ou DM

Faire prendre conscience de la myélopathie dégénérative - Bringing Awareness of Degenerative Myelopathy

Il faut faire prendre conscience de la myélopathie dégénérative - Bringing Awareness of Degenerative Myelopathy|

La myélopathie dégénérative fait partie des maladies héréditaires les plus courantes chez les chiens.

Pour info, en juin 2015, on dénombrait plus de 600 maladies héréditaires dans l’espèce canine. Et vous pouvez vous rendre compte des difficultés que rencontrent certains chiens et propriétaires en suivant ce groupe sur facebook : "Nos 3 M et tous les autres... Toutes les races! :-( " https://www.facebook.com/groups/726...
TOUTES les races sont touchées. Ses caractéristiques lui permettent de prospérer généreusement.
Cette maladie neurodégénérative est d'une gravité extrême par son étendue et par ses conséquences sur les animaux concernés.

Elle est caractérisée par une dégénérescence progressive de la moelle épinière de la région thoraco-lombaire qui atteint les chiens à partir de 8 ou 10 ans. Il s'ensuit une paralysie progressive de l'appareil locomoteur. L'espérance de vie est alors de 18 à 24 mois.
L'issue est fatale. Il n'existe aucun traitement connu.
Une base génétique a été mise en évidence sur le gène SOD1

La DM peut être évitée facilement, car il existe un test génétique DM et la responsabilité en revient aux éleveurs :

Tout éleveur responsable et préoccupé par l'avenir de la race PUMI qu'il élève aura à cœur de prendre en compte le profil génétique des géniteurs pour le gène SOD1 sur le chromosome canin 31 avant de décider d'un accouplement.

L'objectif à atteindre étant l'élimination de la mutation en ne faisant reproduire QUE des chiens +/+ (non porteurs de la mutation).

Tout accouplement fait avec au moins 1 des 2 chiens homozygote normal (+/+) donne la garantie d'avoir des chiots qui ne développeront jamais la maladie.
En outre, le bien-être de l'animal et le respect du futur maître doivent être préservés le plus rapidement possible.
La mutation étant maintenant identifiable par analyse ADN, tout projet de portée doit être pensé en ayant connaissance de ce profil génétique des géniteurs.
Le but étant de ne plus donner naissance à des chiots homozygotes mutés (-/-), donc porteurs de 2 copies de l'allèle muté.
1 des parents doit être homozygote normal (+/+) pour garantir qu'aucun des chiots qui naitront ne risquera de développer un jour la maladie.
Un tel mariage ne garantira pas l'élimination de la mutation, mais il garantit la production d'animaux sains.

A lire , un document très complet :

Conseil aux éleveurs :

  • Faites tester vos reproducteurs.
  • Faites des accouplements avec au moins 1 des parents homozygote normal (+/+)

A lire : Stratégies internationales d’élevage de la FCI (clic sur surbrillance ou voir document dans l'annexe), entre autre : "Les résultats de tests ADN destinés à identifier les maladies héréditaires doivent être exploités pour éviter de mettre à la reproduction des sujets malades et non pas nécessairement pour éradiquer la maladie. Les chiens dont il est avéré qu’ils sont porteurs (hétérozygotes) de gènes responsables d’une maladie héréditaire ne doivent être accouplés qu’à des sujets dont il est établi qu’ils ne sont pas porteurs de l’allèle responsable de la même affection."
L'idéal est de ne faire reproduire que des chiens (+/+) non porteurs, ce que le FELALLO-FULU PUMI KENNEL fait pour la DM; j'ai eu par le passé un berger des Pyrénées atteint (à ce moment-là, le test n’existait pas encore!) et c'est une fin de vie terrible pour le chien! :-( Je rappelle que TOUTES les races sont touchées par ce fléau, et les pumi sont concernés!.

Conseil aux particuliers :
Renseignez-vous sur le profil génétique des parents pour la DM (demandez à avoir une copie du certificat de dépistage fait par le laboratoire) d'une portée avant d'aller plus avant et de vous décider sur l'achat d'un chiot.

Tous les chiots FELALLO-FULU sont vendus avec le test ADN pour DM effectué.

Nous effectuons aussi pour nos chiots les tests ADN pour PLL (Luxation du cristallin) avant la vente :-) Nous faisons faire les tests ADN chez AnimaLabs (Croatie) ou Zoogen (Russie) :

D'autres laboratoires :

degenerative myelopathy DM

vendredi, février 16 2018

Calculateur de consanguinité gratuit pour les éleveurs de PUMI

Calculateur de consanguinité

http://www.sobczyk.eu/inb/

L'exemple de Felallo-Fulu Maasik : voir dans l'annexe ou cliquez ci-dessous sur les surbrillances :-)

� = Ü


THÉORIE

Coefficients génétiques: les évaluations IC, AVK, RC, MK devraient être importantes et précieuses pour un sélectionneur responsable

Le coefficient de consanguinité de Wright (IC) et le coefficient de perte des ancêtres (AVK) les valeurs sont de manière optimale IC = 0 et AVK = 100.
Une première règle générale est: IC devrait être inférieur à 3% dans un accouplement considéré; AVK devrait être supérieur à 85%. Un peu plus de la moitié de tous les défauts héréditaires sont causés par des gènes cachés (récessifs). Pour la santé continue d'une race, il est donc extrêmement important de considérer dans chaque élevage le degré de relation représenté par le coefficient de parenté (RC) chez les chiens parents afin d'éviter de doubler les éventuels défauts des allèles. Le coefficient de parenté moyenne (MK) est un complément et indique dans une population définie l'individu ayant le MK le plus bas. L'individu avec le plus bas coefficient de MK est le plus génétiquement valable pour le programme d'élevage.

  • COEFFICIENT DE CONSANGUINITE (IC)

Le coefficient de consanguinité IC (autre abréviation utilisée dans la littérature: WIC, IK, COI, FX, F) peut théoriquement aller de 0 à 100%, et montre le degré de relation entre les parents parentaux et indique la possibilité que deux allèles d'un gène sont tout à fait semblables à un autre chien dans le pedigree, c'est-à-dire qu'ils proviennent du dédoublement d'un allèle chez l'un des ancêtres. La principale conséquence de la consanguinité est d'augmenter l'homozygotie. Le coefficient de consanguinité est une fonction du nombre et de l'emplacement des ancêtres communs dans un pedigree. Selon les experts, il est également recommandé que le CI d'un individu ne dépasse pas 6% du pedigree de 5 générations, ce qui est à peu près la même chose que la reproduction chez les cousins, et 9% du pedigree de 10 générations.

La recommandation de la FCI pour les races rares comme le PUMI est que l'IC ne doit pas dépasser 10%.

L'équation de Wright pour calculer le coefficient de consanguinité telle que conçue par Sewell Wright en 1922 est:
formula1- the Inbreeding Coefficient

  • Fx est le coefficient de consanguinité du chien en question, Fa est le coefficient de consanguinité de l'ancêtre commun, n1 est le nombre de générations du père à l'ancêtre commun, et n2 est le nombre de générations de la mère à l'ancêtre commun.

Puisque le coefficient de consanguinité (IC) montre seulement la relation entre 2 chiens, sur un match (un mariage) de 2 chiens hautement consanguins (par ex. Une paire de 2 chiens d'une même litière) qui eux-mêmes sortent de 2 parents chien de lignes de sang non apparentés, nous pouvons obtenir un IC près de 0% (parce qu'il n'y a pas d'ancêtres communs dans la lignée du père et de la mère). Une méthode très simple pour surmonter ce problème est le calcul de l'AVK. Cette méthode ne remplace pas le calcul du CI mais donne suffisamment d'informations pour l'éleveur.

  • COEFFICIENT DE PERTE D'ANCÊTRE (AVK)

Nous indique la perte présumée des ancêtres, calculé avec l'in-breeding dans les générations précédentes. L'AVK pour l'arbre généalogique n-génération est calculé par le nombre d'ancêtres réels (indépendants - non reproductibles), et le nombre total d'ancêtres possibles. Les éleveurs responsables apprécient la santé de leurs animaux (et des futurs chiots) et sont prêts à poursuivre cette information à mesure que la demande pour cette race PUMI merveilleuse augmente et que le besoin de continuer à être en bonne santé augmente avec cette demande.

  • COEFFICIENT DE RELATIONS (RC)

Une mesure de la relation de pedigree. La proportion probable des gènes d'un individu, qui sont identiques par descendance aux gènes d'un deuxième individu. La corrélation entre les valeurs d'élevage de deux individus en raison de la relation seule du pedigree. Le coefficient de relation (RC) fournit un moyen d'évaluer objectivement la similarité de deux pedigrees en donnant un nombre qui est une mesure directe de l'ascendance partagée. Dans la plupart des populations, deux individus choisis au hasard auraient probablement un RC de 0, un frère et une sœur de 50% et des jumeaux identiques de 100%. Les autres relations tomberaient entre 0 et 50%. La formule pour le RC est:
formula2 - RELATIONSHIP COEFFICIENT (RC)
où ICAB est le coefficient de consanguinité d'une litière hypothétique entre A et B, et ICA et ICB sont les coefficients de consanguinité pour les deux individus, A et B.

  • COEFFICIENT MOYEN DE KINSHIP (MK)

Une valeur moyenne de parenté (MK) est calculée pour chaque chien de la population en utilisant une formule. La parenté moyenne donne une valeur numérique à la façon dont chaque chien est étroitement lié à la population. Cela nous donne une mesure importante de la rareté de la combinaison unique de gènes d'un chien dans l'ensemble de la population. Les chiens ayant des valeurs de parenté moyennes plus faibles ont relativement moins de gènes en commun avec le reste de la population, et sont donc plus génétiquement précieux dans un programme d'élevage. La formule pour le MKi pour l'individu i est:
formula3- MEAN KINSHIP COEFFICIENT (MK)
la moyenne des coefficients de consanguinité (fij) entre i et tous les autres individus reproductibles (peu importe s'ils sont du même sexe) dans la population.

  • LE COEFFICIENT INFLUANT DE WRIGHT POUR LA POPULATION

Selon les experts, le CI de la population ne devrait pas augmenter de plus de 0,5% sur une base annuelle ou de plus de 2,5% dans cinq ans.
Résumé et préparé par Wieslawa Jezewska (Pologne)
Traduction en français par Joel Kuhlmann

References:
  • 1. John B. Armstrong, 1998, 1999 Significant Relationships
  • 2. Hundezüchtung in Theorie und Praxis von Walter Schleger und Irene Stur; ISBN 3-224-1 7000-8 Jugend und Volk Wien

mercredi, janvier 24 2018

FORMATION Premiers secours animalier

FORMATION : Premiers secours animalier

Formation animée sous la direction du Dr Artem ROGALEV, responsable du centre Alforme, ancien Vétérinaire à la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris.

Apprenez les gestes qui sauvent !

Pour vous accompagner au quotidien dans votre passion pour l'animal de compagnie, Alforme, centre de rééducation et de bien-être pour animaux vous propose une formation aux Premiers secours animalier.
Cette formation, proposée en partenariat avec l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort, s'étend sur une journée articulée autour de cours théoriques et travaux pratiques.
Lors de cette journée, vous aborderez l'ensemble des pré-requis pour bien réagir face à une situation d'urgence avec un animal :

  • Savoir réagir dans un contexte d'urgence
  • Les malaises et l'arrêt cardio-respiratoire
  • Les traumatismes (plaies, fractures, hémorragies…)
  • Les urgences digestives et urinaires...

N'hésitez pas à vous rendre sur le site Alforme pour en savoir plus sur le contenu de la formation et les prochaines dates disponibles.

Alforme - ENVA
Pour en savoir plus et voir les dates :
http://boutique.alforme.fr/categori...

jeudi, novembre 16 2017

Article spécial éleveur PUMI : Prédétermination du sexe

Reproduction au sexe prédéterminé

Dna image

À l'avenir, les éleveurs de chiens pourront-ils profiter de la technologie pour déterminer à l'avance le sexe des chiots dans une portée?

Chez les mammifères, le mâle détermine le sexe d'une progéniture, tandis que la femelle détermine la taille d'une portée par le nombre d’œufs qu'elle laisse "tomber" et qui deviennent fécondés. Nous avons tous entendu dire qu'il y a des taureaux qui ont la réputation de produire des femelles. Cependant, est-il possible que les éleveurs puissent contrôler le sexe de leurs chiots, plutôt que par le chiens étalon?
Nous, les éleveurs, avons essayé plusieurs méthodes dans l'espoir de prédéterminer les sexes de nos portées. Beaucoup de méthodes ont été basées sur les contes de vieilles femmes, les traditions culturelles, le bon timing, et même des données scientifiques basées sur les accouchements.

  • Beaucoup dirons que plus vous reproduisez tôt, plus vous obtiendrez des chiennes. Je connais des éleveurs qui ont réussi à utiliser cette méthode. Pour le prouver encore plus, quand le test de la progestérone est fait, le moment «fertile optimal» pour la reproduction conçoit principalement des mâles, ce qui peut être un autre argument pour «se reproduire tôt pour obtenir des chiennes».
  • Les éleveurs qui ont utilisé la méthode acide / alcaline pour prédéterminer les sexes croient que c'est le niveau de pH dans le vagin de la chienne qui rend l'environnement optimal pour la survie des (deux) sexes : l'environnement acide produira des chiennes tandis qu'un environnement alcalin produira des mâles.
    • Une méthode externe consiste à tamponner le vagin de la chienne avec un mélange dilué de vinaigre blanc pour augmenter le pH acide qui favorisera les chiots femelles, ou en tamponnant avec une solution de bicarbonate de soude pour augmenter le pH alcalin qui produira les chiots mâles. Bien que réussie dans la prédétermination, elle peut diminuer la taille de la portée.
      • Est-ce parce que les spermatozoïdes mâles ne survivaient pas dans un environnement acide, et vice versa, diminuant ainsi la taille de la portée?
      • Ou la chienne aurait-elle produit le chiot de sexe choisi sans aucune intervention, étant juste la chance du tirage au sort, puisque les chances sont de 50-50 des deux sexes?
    • Apparemment, une méthode plus efficace basée sur le niveau de pH de la chienne est de lui donner un régime acide ou alcalin, en fonction du sexe choisi. Ce régime devrait être administré environ deux semaines avant la reproduction pour des résultats optimaux avec des naissances multiples du sexe désiré.
  • Maintenant, il existe une technologie disponible qui peut prédéterminer les sexes. Depuis les années 1990, la sélection du sexe est devenue plus courante dans l'industrie du bétail et elle est réalisée en triant le sperme selon le sexe avant l'insémination. En utilisant un cytomètre en flux, les chromosomes X ou Y peuvent être distingués dans les spermatozoïdes. Ensuite, le sperme est trié en fonction du sexe qu'il produirait. Les éleveurs de bovins, de chevaux, de moutons et de porcs utilisent cette technologie avec succès depuis des années. Les éleveurs de bétail veulent élever des génisses pour produire du lait et du fromage, tandis que les éleveurs de moutons veulent des mâles pour une meilleure qualité de la laine.
    • Les éleveurs de chiens ont de nombreuses raisons de bénéficier de la technologie du sperme sexuel, mais la demande est-elle suffisante? Cette technologie, sous licence de Sexing Technologies, a déjà été utilisée pour prédire le genre pour les chiens dans les services où un sexe est préféré à un autre:
      • Les dresseurs de chiens pour aveugles veulent principalement des chiennes,
      • tandis que les mâles sont préférés pour le travail policier.

Cependant, à l'heure actuelle, la technologie est prohibitive pour l'éleveur de passe-temps. Peut-être que dans un proche avenir, la technologie du sperme sexué sera un outil commun facilement accessible aux éleveurs de chiens, et plus abordable.

Roseann Fucillo, Papillon Club d'Amérique
Traduction : Joel Kuhlmann


Liens :

Breeding to Predetermine Sex

In the future, might more dog breeders take advantage of technology to predetermine the sex of puppies in a litter?
In mammals, the male determines the sex of an offspring, while the female determines the size of a litter by the number of eggs she drops that become fertilized. We have all heard that there are sires who have a reputation for producing females. However, is it possible that breeders can control the sex of their puppies, rather than the stud dogs?
We breeders have tried many methods in hopes of predetermining the sexes of our litters. Many methods have been based on old wives’ tales, cultural traditions, proper timing, and even scientific data based on childbirths.
Many swear that if you breed early, you will get bitches. I know breeder friends who have been successful using this method. To prove this even further, when progesterone testing is done, the “optimal fertile” time for breeding conceives mostly males, which may be yet another argument to “breed early to get bitches.”
Breeders who have used the acid/alkaline method to predetermine the sexes believe it’s the pH level in the bitch’s vagina that makes the optimal environment for survival of either sex and acidic environment will produce bitches while an alkaline environment will produce males.
One external method involves swabbing the bitch’s vagina with a diluted mixture of white vinegar to increase the acidic pH that will favor bitch puppies, or by swabbing it with a baking soda solution to increase alkaline pH level that will produce male puppies. Although successful in predetermination, it may decrease the size of the litter. Was this because the male sperm did not survive in an acidic environment, and vice versa, thus decreasing the litter size? Or would the bitch have produced the chosen-sex pup without any intervention, being just the luck of the draw, since the chances are 50-50 of either sex?
Seemingly, a more successful method based on the bitch’s pH level is feeding her an acidic or alkaline diet, depending on the desired sex chosen. This diet should be administered about two weeks before breeding for optimal results with multiple births of the desired sex.
Now there is technology available that can predetermine the sexes. Since the 1990s, gender selection has become more prevalent in the livestock industry and is accomplished by sorting semen according to gender before insemination. By using a flow cytometer, X or Y chromosomes can be distinguished in sperm cells. Then the semen is sorted according to the gender it would produce. Breeders of cattle, horses, sheep, and pigs have been using this technology successfully for years. Cattle breeders want to breed heifers to produce milk and cheese, while sheep breeders want males for better wool quality.
Dog breeders have many reasons to benefit from sex-semen technology, but is there enough demand? This technology, licensed to Sexing Technologies, has already been used for predicting gender for dogs in service work where one sex is preferred over another: Trainers of dogs for the blind primarily want bitches, while male dogs are preferred for police work. However, right now the technology is cost prohibitive for the hobby breeder. Perhaps in the near future, however, sexed-semen technology will be a common tool easily available to dog breeders, and more affordable.

Roseann Fucillo, Papillon Club of America

jeudi, octobre 26 2017

Pumi Felallo-Fulu Nabra obtient son diplôme de "Chien de Thérapie"

25 octobre 2017
Pumi Felallo-Fulu Nabra obtient son diplôme de "Chien d'Assistance et de Thérapie". A 10 mois et quelques jours, Nabra a reçu son diplôme de "travailleur social". Elle va pouvoir aidée officiellement les enfants principalement, et les personnes âgées... et porter fièrement son harnais à Tallinn. Elle intervient déjà en entreprise pour le bien-être des travailleurs et leur donner (re!?) sourire, contact entre collègues, etc..

Un grand bravo (et un grand merci!) à Triin et Nabra


sotsiaalkoera tiitel Felallo-Fulu Nabra 25/10/2017
Täna anti Nabrale väärikas sotsiaalkoera tiitel. Õhtul käisime korraks Saue linnas jalutamas. Mööduv umbes 8-aastane poiss kilkas isale: "Vaata milline koer!!! Täpselt nagu mängukoer!" Hilisõhtul varastas Nabra laualt suure tüki sinki ja sõi selle ära. Päev läks täie ette!

tasutapilt-2
Pour avoir une idée des chiens d'assistance et de thérapie en Estonie : http://teraapiakoer.ee/

vendredi, octobre 13 2017

Les gènes qui gouvernent la robe de votre pumi

Les gènes gouvernant la couleur de la robe chez le chien

AnimaLabs logo D’importants progrès en génétique permettent de mieux comprendre le déterminisme moléculaire de la transmission des couleurs de robe chez le chien et de sélectionner les reproducteurs afin d’obtenir des chiots de teintes désirées.
La découverte des mutations gouvernant les couleurs de robe canines a permis le développement de tests génétiques qui aident les éleveurs à planifier les accouplements de leurs reproducteurs de façon à obtenir les chiots de la couleur désirée.
De nombreux locus et allèles de pigmentation n’ont pas encore été caractérisés moléculairement.

Ce week-end, chez AnimaLabs, 50% de rabais sur tous les tests de couleur de manteau!

Ne manquez pas cette promotion et découvrez quels gènes de couleur votre chien porte et les couleurs de manteau possible de vos futurs chiots!
http://www.animalabs.com/
https://www.facebook.com/AnimaLabs?...

Par exemple les chiens "fako" Felallo-Fulu Muumi, Lumivalgeke, Masha, Alice et Lotte ont comme locus E : e/e. Un croisement entre deux reproducteurs fako (clairs de couleur fauve ou Isabelle) e.e, donnerait uniquement des chiots de génotype e.e et donc toujours des chiens fako.
Couleurs et variations du pelage sont influencées par plusieurs facteurs héréditaires. Les tests ADN sont basées sur les effet physiologiques du corps, dans lequel la production et la distribution de pigment résultent dans de nombreuses variantes de couleurs du pelage. Dans plusieurs cas, le couleur du pelage d’un animal peut seulement être décidé à l’aide de tests ADN.

Chez le chien, deux pigments sont à l’origine de la couleur de la robe : le pigment noir(eumélanine) et le pigment rouge/jaune/crème (phaeomélanine). La production de pigment noir et de pigment rouge/jaune/crème est contrôlée par le gène de la melanocortine 1 récepteur (MC1R), également connu sous le nom gène extension ou locus-E. la combinaison des gènes de couleur Locus-E (H734) et Locus-Em (H818) détermine le statut génétique du Locus-E. Le Locus E a trois variantes (allèles). L’allèle Em est dominant sur les allèles E et e ; l’allèle E est dominant sur l’allèle e. L’allèle dominant Em provoque le masque facial. Les chiens qui sont noir peuvent avoir l’allèle Em mais le masque facial n’est pas visible car il est impossible a distinguer de la couleur du corps. Chiens à museau blanc peuvent avoir l’allèle Em mais le masque facial est substitué par les motifs de taches blanches. le masque facial est présent dans plusieurs races (Afghans, Akistas, Boxers, Bouledogues Français, Berger Allemands, Dogues, Lévriers, Carlin et lévrier). Les races Carlin et Boxers ont toujours l’allèle Em. L’allèle E se traduit par une couleur de robe noire et l’allèle e résultent dans une couleur de robe rouge. Chez les chiens Afghans et Saluki un quatrième allèle à été identifié récemment, qui s’exprime seulement lorsque le noir dominant (Locus-K) est présent et le Locus-A est at/at. Ce quatrième allèle Eg provoque un patron qui s’appelle « grizzle » (charbonné) ou « domino ». AnimaLabs dispose du test pour l’allèle Eg (Ronja?!)


Felallo-Fulu Ronja - août 2017

http://www.lepointveterinaire.fr/pu...
Note : un laboratoire hollandais propose des "paquets" de tests, a des tarifs très intéressants.

CombiBreed Laboratoires

Les tests d'ADN dans les paquets de combinaison CombiBreed sont effectués par l'un des trois laboratoires indépendants accrédités et/ou certifiés du groupe Van Haeringen.
•Dr. van Haeringen Laboratorium B.V. (VHL) Wageningen, Pays - Bas
•Dr. van Haeringen Polygen bvba (VHP) Malle, Belgique
•Certagen GmbH, Rheinbach, Allemagne
http://www.combibreed.com/fr-fr/tes...

  • H474 CombiBreed FCI Group 01, comportant 25 tests dont la PLL, au tarif de 66,55€ TTC actuellement
  • H469 Combination Pack Coat Colour, comportant 6 tests de couleur de robe, au prix de 66,55€ TTC actuellement:
    • H733 Coat Colour B-locus
    • H734 Coat Colour E-locus
    • H818 Coat Colour Em-locus
    • H819 Coat Colour K-locus
    • H820 Coat Colour A-locus
    • H847 Coat Colour D-Locus Improved (MLPH)

samedi, mai 6 2017

News : La re-domestication des loups


Article paru le 5 avril 2017 dans ScienceDaily (USA)

  • Source de l'histoire: Document original fournis par l'American Institute of Biological Sciences (Institut américain des sciences biologiques).
  • Remarque: Le contenu a pu être modifié pour le style et la longueur par le traducteur (Joel Kuhlmann).


The gray wolf. Credit: © Karlos Lomsky / Fotolia

Résumé:

Les loups gris fournissent une étude de cas importante pour comprendre les effets des écosystèmes lorsque les prédateurs au sommet de la chaine alimentaire réoccupent leurs anciens territoires. Ces espèces dépendent souvent de sources alimentaires anthropogènes (Un facteur anthropogène désigne un ensemble de facteurs en relation avec l'être humain), ce qui a des répercussions considérables sur les efforts de restauration de l'écosystème et la possibilité d'un conflit homme-vie sauvage.

Sur tous les paysages du monde entier, les changements environnementaux rassemblent les gens et les grands carnivores, mais l'union n'est pas sans problèmes. Le conflit entre les humains et les animaux sauvages augmente à mesure que le développement se poursuit sans relâche et les grands prédateurs commencent à réoccuper leurs anciennes places. De plus en plus compliqué, beaucoup de ces espèces dépendent maintenant d'aliments anthropiques ou humains, y compris du bétail, des carcasses d'autres ongulés, et des ordures.

Dans BioScience, Thomas Newsome, de l'Université de Deakin et de l'Université de Sydney, et ses collègues utilisent des loups gris et d'autres grands prédateurs comme études de cas pour explorer les effets des aliments anthropiques. Ils trouvent de nombreux exemples d'évolution de leurs structures sociales, de leurs mouvements et de leurs comportements pour acquérir des ressources fournies par l'homme. Par exemple, dans le centre de l’Iran, les régimes alimentaires des loups gris se composent presque entièrement de poulets d'élevage, de chèvres domestiques et de déchets.

D'autres exemples de ces phénomènes abondent. Dans un cas similaire en Australie, les dingos ont eu accès à des aliments anthropiques provenant d'une installation de traitement des déchets. Le résultat, selon les auteurs, a été «des mouvements réduits entre zones de repas et domiciles, des tailles de groupes plus vastes et des préférences alimentaires modifiées dans la mesure où ils ont rempli une niche alimentaire similaire aux chiens domestiques». En outre, ont écrit les auteurs, "la population de dingos concernée était un petit groupe génétiquement distinct", ce qui peut signaler les futurs événements de spéciation. L'hybridation chez les espèces de prédateurs similaires peut également contribuer à la divergence évolutive: "Les ressources anthropiques dans les environnements modifiés par l'homme pourraient augmenter la probabilité de contact non agressif" entre les espèces. Selon les auteurs, "Si les loups existants continuent d'accroître leur dépendance à l'égard des aliments anthropiques, nous devrions nous attendre à observer des signes de différenciation de niche alimentaire et, au fil du temps, au développement d'une structure génétique qui pourrait signaler une spéciation naissante".

L'utilisation d'aliments anthropiques par les loups pourrait également avoir de graves conséquences pour des efforts de conservation plus larges. En particulier, Newsome et ses collègues s'inquiètent de la question de savoir si les programmes de réintroduction et de recolonisation du loup répondent aux objectifs de restauration des écosystèmes dans les systèmes modifiés par l'homme. Les gestionnaires devront considérer «si la compréhension générale du rôle joué par les loups étudiés dans des zones protégées, telles que Yellowstone peut être appliquée dans des zones fortement modifiées par les humains», disent les auteurs.

Newsome et ses collègues appellent à de nouvelles recherches - en particulier, "des études montrant les caractéristiques de niche et la structure de la population des loups dans les zones où l'influence humaine est omniprésente et une forte dépendance à l'égard des aliments humains a été documentée". Grâce à de telles études, ils soutiennent que «nous pourrions être en mesure de savoir si une forte dépendance des « subsides » anthropiques peut servir de facteur de divergence d'évolution et, éventuellement, fournir les éléments d'un nouveau chien».

https://www.sciencedaily.com/releas...

jeudi, avril 27 2017

Des chercheurs ont construit la carte de l'évolution des races de chiens, y compris le pumi :-)

Dans l'étude, le Dr Parker et son collègue, Elaine Ostrander (email : eostrand@mail.nih.gov), ont étudié la génétique de 161 races de chiens modernes, leurs proches sauvages: le Loup (Canis lupus) et le Chacal doré (Canis aureus).

It is genetic. My father was a dog and I am a dog

Nos amis à quatre pattes ont été à nos côtés pendant des dizaines de milliers d'années et ont été élevés dans une multitude de formes, de tailles et de couleurs différentes. Pourtant, malgré notre relation étroite avec les chiens, personne n'a créé un arbre généalogique détaillé des races - jusqu'à maintenant.
Sur une période de deux décennies, une équipe de chercheurs a recueilli des échantillons génétiques de 161 races différentes de chiens et les a comparés tous à 150 000 places sur leur génome. L'étude, publiée dans Cell report http://www.cell.com/cell-reports/ho..., a révélé des résultats intrigants.
Il s'avère que la majorité des races testées jusqu'à présent (environ la moitié de celles qui existent) appartiennent à seulement 23 clades (grappes) différents. Ces groupes sont basés sur l'emplacement géographique, les caractéristiques physiques et les compétences (comme la capacité bergère ou la capacité de chasse). Pendant une grande partie de notre histoire avec les chiens, ils ont été utilisés à des fins pratiques. Il a été relativement récemment - au cours des 300 dernières années environ - qu'ils ont commencé à être sélectionnés pour des caractéristiques esthétiques.
Et c'est fascinant, les chercheurs ont même retracé la façon dont certaines races ont été utilisées pour en créer d'autres. Par exemple, il s'avère que les éleveurs ont utilisé des pugs, originaires de Chine et qui constituent l'une des premières races de chiens, afin de rétrécir d'autres races européennes au cours des années 1500.
Mais plus que la simple satisfaction de notre désir de savoir d'où venaient nos compagnons à poils, les données recueillies peuvent aussi nous aider à nous informer de leur santé. Par exemple, il existe une maladie connue sous le nom de «Anomalie de l'Œil du Colley (AOC)" qui a des effets, comme vous pouvez probablement le deviner, sur les collies, mais aussi les border-collies et les bergers australiens. Mais on retrouve également ce problème dans les Nova Scotia Duck Tolling Retriever (ou Toller), problème non expliqué. Il s'avère maintenant que les chiens de chasse au canard de Nouvelle-Écosse ont été, à un certain moment, croisés avec des collies ou des bergers australiens, ce qui a probablement introduit la maladie génétique à la race (Un colley a probablement été utilisé à un moment pour donner la queue fortement touffue que possède le Toller!).
Le travail a également éclairé sur nos propres mouvements. Les preuves archéologiques suggèrent que lorsque les ancêtres des Amérindiens ont fait leur ardu voyage à travers le pont terrestre de Bering il y a environ 15 000 ans, ils ont emmené leurs compagnons canins. On pense depuis longtemps que ces chiens originaux du Nouveau Monde ont été complètement évincé lorsque les colons européens sont arrivés avec leurs propres amis à quatre pattes, il y a seulement quelques centaines d'années.
Il semble toutefois que la génétique de ces chiens du Nouveau Monde continue de vivre dans certaines races de chiens du Sud et du centre de l'Amérique. Le chien nu péruvien (ou chien inca) et le Xoloitzcuintle - ou chien nu du Mexique - tous deux contiennent de l'ADN renvoyant à ces chiens pionniers du Nouveau Monde.
Le plan des chercheurs est maintenant de construire l'arbre complétement et d'essayer de le peupler avec les 189 races non encore représentées.
The First Family Tree Of Domestic Dogs

Projet NIH Dog Genome

Le diagramme montre comment différentes races ont été utilisées pour en créer de nouvelles.
Et nous voyons en lilas que le pumi n'est pas un terrier ;-)
Traduction de l'article http://www.iflscience.com/plants-an... en français par Joel Kuhlmann (et non pas par Google translate ou Bing!) et en prime quelques rajouts !!!
D'autres infos sur :

Le texte complet de l'article paru dans Cell Reports : http://www.cell.com/cell-reports/fu..., et si vous désirez l'avoir en pdf, je peux vous l'expédier par email (en langue anglaise).

jeudi, avril 20 2017

Une anomalie du gène MDR dangereuse pour certains chiens de berger

Malgré son nom, il n'y a pas de quoi rire : le gène MDR peut présenter, chez le chien de berger, comme le Colley, une anomalie dangereuse, rendant certains médicaments toxiques pour lui.
TOXIQUE
Chez certaines races de chiens de berger, une mutation au sein du gène MDR (pour Multi-Drug Resistance) est responsable d'une anomalie dangereuse : elle rend toxiques plusieurs produits vétérinaires, dont de simples antiparasitaires. Une hypersensibilité qui s'explique par le blocage d'une sorte de pompe, au niveau de la barrière hémato-encéphalique. Cette pompe est censée capter les molécules médicamenteuses qui sont arrivées dans le liquide céphalorachidien et le rejeter dans le sang d'où elles sont arrivées. Sans cette pompe, ces molécules ne peuvent faire le chemin retour. Ainsi, elles se trouvent en concentration trop importante dans le liquide céphalorachidien, où elles peuvent être à l'origine d'une neurotoxicité.
Pour chaque race de chien de berger concernée, comme le Colley, le site collie-online.com propose une étiquette à coller dans le carnet de santé du chien, afin de rappeler au vétérinaire soignant l'animal que certaines molécules médicamenteuses sont toxiques et potentiellement mortelles pour lui, et donc à proscrire. 10 races de chiens concernées
En 1983, des chercheurs américains ont mis en évidence la toxicité, chez des Colleys, d'un produit antiparasitaire, l'ivermectine. Pour voir si d'autres chiens pouvaient avoir cette hypersensibilité, une équipe de l'université de Californie a étudié un échantillon de 4.000 chiens de différentes races. Leurs résultats ont révélé que 9 races, toutes apparentées au Colley, étaient également exposées à des degrés divers à cette toxicité. Sont concernés :

  • le Colley, Attention MDR1 : Gène à risque
  • le Berger allemand,
  • le Berger australien,
  • le Berger australien miniature,
  • le Berger blanc suisse,
  • le Border collie,
  • l'English shepherd,
  • le Longhaired whippet,
  • le Mc Nab,
  • le Old english sheepdog,
  • le Shetland,
  • le Silken windhound
  • le Wäller

Quels produits éviter ?
Les médicaments qui peuvent passer la barrière hémato-encéphalique et stagner dans le liquide céphalorachidien en cas de déficience du gène MDR sont nombreux.
ANTIPARASITAIRES
En premier lieu, tout produit contenant de l'Ivermectine est à proscrire. Cette molécule et ses dérivés se retrouvent dans les antiparasitaires (notamment dans les vermifuges). D'autres molécules contenues dans les antiparasitaires sont également toxiques pour les porteurs de la mutation du gène MDR1 (homozygotes et - à moindre échelle - hétérozygotes) : la milbemycine (contenue dans le Milbemax, souvent plébiscité par les vétérinaires), l'émodepside, la moxidectine et le spinosad. De même, éviter certains anti-diarrhéiques (contenant du lopéramide), quelques anti-vomitifs (métoclopramide et domperidone : donc en particulier les médicaments courants Primperan et Motilium) Comment déceler la mutation ?
ALLÈLES
Le mode de transmission de la mutation du gène MDR, appelée mutation MDR1, est autosomal récessif. Ce qui signifie que la mutation se trouve sur un chromosome non sexuel (donc ni X ni Y) - un "autosome" - et que la mutation est récessive : le gène MDR doit comporter deux versions (ou allèles) mutées pour que la pompe de la barrière hémato-encéphalique dysfonctionne gravement. Un chien présentant deux allèles MDR1 sera dit homozygote. Reste qu'un chien hétérozygote (c'est-à-dire ne comportant qu'un seul allèle muté) pourra présenter des signes d'intoxication, bien que moins prononcés que chez un homozygote et lors d'une exposition à une plus forte dose de médicaments.
TEST
La prudence est donc de mise chez les propriétaires de chiens de berger. En particulier chez les Colleys, dont un chien sur deux serait concerné par la dangereuse mutation. Un test fiable est heureusement réalisable chez le vétérinaire, pour une somme raisonnable (environ 30€).

https://www.sciencesetavenir.fr/ani...

lundi, mars 13 2017

LES NOSODES : UNE ALTERNATIVE AUX VACCINS, SAINE ET SANS DANGER

L'augmentation alarmante des conditions auto-immunes, les allergies, le cancer et autres problèmes de santé canine en raison des réactions aux vaccins, est un fait qui n’est plus contesté. Les parents/gardiens d'animaux de compagnie comme vous et moi sont à la recherche de solutions naturelles pour les garder en bonne santé et éviter les maladies contagieuses. L'intérêt pour les nosodes croît de jour en jour, alors que la sécurité et l'efficacité des vaccins sont remises en question. La réponse immunitaire aux nosodes offre une option naturelle sans l'introduction de virus tués ou modifiés, et de conservateurs nocifs qui peuvent affaiblir le système immunitaire. Ils présentent donc une alternative aux vaccins, ou, pour ceux d’entre vous qui ne sont pas prêts à cesser toute vaccination, un moyen de réduire ou d’éliminer les rappels.

Il faut cependant noter qu'ils ne sont pas reconnus par la législation, et que leur efficacité ne peut pas être vérifiée par titrage.

Voir sur le site "Vis Medicatrix Naturae"

https://www.vismedicatrixnaturae.fr...

lundi, novembre 21 2016

Le Treat & Train, parfait pour l'éducation de votre pumi!

Le Treat & Train vous permet de déclencher à distance un son et la distribution de friandises pour récompenser à distance les bons comportements de votre chien. Reposant sur le principe du Clicker Training, c'est un excellent outil pour éduquer, perfectionner et rééduquer les comportements de votre chien. Le distributeur de friandises Trait & Train sera également au centre des jeux que vous pourrez inventer avec votre chien pour le stimuler et le récompenser.

Treat & Train

Reposant sur le principe du Clicker Training, au déclenchement de la télécommande, le Treat&Train émet un son et distribue des friandises (quantité réglable).
Ce distributeur télécommandé est un atout dans l'apprentissage et le perfectionnement de l'éducation de votre chien et dans les différentes activités canines comme l'agility et l'obéissance. Mais le Treat&Train vous sera également très utile dans la rééducation pour effacer les mauvais comportements de votre chien (aboiements, propreté..).
Développé par le Dr Sophia Yin, pour l'éducation calme à distance dans des environnement distrayants.
La cible extensible peut se détacher de son socle, elle permet de travailler de multiples exercices en obérythmée et agility par exemple ainsi que des jeux à la maison.
Le Treat&Train est livré avec un guide illustré et un DVD vous expliquant pas à pas comment optimiser l’apprentissage de votre chien et différents exercices (en anglais).
Il coûte quand même environ 125€.
Pour le club d'agility ? ou pour votre Noël !!! :-)

vendredi, juillet 15 2016

La Méthode Arcón : optimisation de la performance olfactive des chiens

La Méthode Arcón : optimisation de la performance olfactive des chiens

http://www.metodoarcon.org/attachme...
En quoi cette méthode de sauvetage est-elle différente des autres ?

La Méthode Arcón a tout d’abord été utilisée pour rechercher et secourir des personnes ensevelies, mais son utilisation s’est ensuite élargie à la recherche et à la détection de substances odoriférantes.

Il s’agit aujourd'hui d’un système de formation et d’intervention d’équipes cynophiles de recherche et de détection fondé sur un ensemble de 7 techniques comportementales complémentaires qui exercent une incidence majeure sur trois paramètres fondamentaux.

  • L’AUTONOMIE de travail (elle comprend comme base fondamentale le comportement de recherche). Le chien considère le guide comme une ressource pour atteindre son objectif. Par conséquent, son potentiel de concentration est décuplé. Au cours du processus de formation, le chien Arcón apprend à se servir de ses propres stratégies de recherche de façon autonome, ce qui augmente parallèlement son degré de concentration psychique.
  • LA MOTIVATION SPÉCIFIQUE : les techniques optimisent la MOTIVATION EXTRINSÈQUE (augmentant la portée des charges de renforcement et le renforcement final) et la MOTIVATION INTRINSÈQUE (les techniques Arcón réussissent à rendre la perspective de concrétiser un objectif final plus gratifiante que le processus de recherche et la détection). L’élan de motivation est ainsi atteint : d’un côté, on prépare le chien à faire face aux stimulations potentiellement néfastes et distrayantes qui peuvent se présenter sur le lieu de recherche et, de l’autre, on augmente considérablement le seuil de frustration, maintenant ainsi, même si la localisation prend beaucoup plus de temps, un comportement de recherche soutenu et assuré.
  • LA CONCENTRATION PSYCHIQUE : Il est essentiel que le chien garde, entre autres, un niveau d’attention olfactive suffisamment élevé afin de percevoir tout stimulus odorant spécifique. Le processus de perception, qui dépend du maintien continu de l’attention ou niveau de concentration de l’animal, est ainsi plus efficace et probant.

L’application de la Méthode Arcón parvient à attirer l’attention du chien grâce à l’intensité générée principalement par le degré de motivation spécifique. Cela favorise l’inhibition des stimuli à même de créer des interférences et active les données stockées dans la mémoire du chien et les systèmes de réponses qui y sont liés. Dans le cadre de la Méthode Arcón, le degré d’attention volontaire du sujet au cours de la recherche sera étroitement lié aux deux paramètres précédents (L’AUTONOMIE ET LA MOTIVATION).

Quelles sont les races de chiens les plus réceptives à cette méthode ?

Toutes les races capables d’effectuer ce type de travail, par exemple : Le labrador retriever, le golden retriever, le berger allemand, le berger belge, le berger hollandais, le chien d’eau espagnol, le jack russell terrier, l’american pit bull terrier… Certes, ces races présentent les paramètres morphologiques et comportementaux à même de répondre aux exigences induites par ce type de travail, mais il est également possible, d’après mon expérience, d’utiliser des sujets de race mixte tout en obtenant des résultats optimaux. En fin de compte, le seul impératif de la Méthode Arcón est de disposer d’un chien de travail, le même que celui utilisé dans n’importe quel autre système.

Quels sont les domaines d’application de cette méthode ?

La Méthode Arcón peut être appliquée à la recherche et à la détection de toute substance odoriférante. Puisque son créateur, Jaime Parejo García, exerce en tant que pompier, cette méthode était à l’origine destinée à la recherche et à la détection de personnes vivantes ensevelies. Elle s'est ensuite étendue à la recherche de restes humains, de substances explosives, de stupéfiants, de mines antipersonnel, de cellules cancéreuses, d’espèces animales protégées,… En définitive, optimiser la performance de perception olfactive permet de minimiser le seuil de stimulation. Prenons l’exemple de deux chiens clonés ayant les mêmes capacités olfactives : celui formé par la Méthode Arcón détectera une présence que l’autre chien, aux degrés d’autonomie, de motivation et de concentration non optimisés, sera incapable de déceler, ce qui le conduira à réagir en marquant l’endroit.

Document extrait de la Newsletter de la FCI du 8 juillet 2016

http://www.dogdotcom.be/fr/MetodoAr...

jeudi, novembre 5 2015

ZOOGEN : tests ADN

Logo ZOOGEN
http://zoogen.org/rus/index.php

Le Centre de génétique vétérinaire ZOOGEN travaille sur l'ensemble du territoire de la Russie, mais aussi sur la CEI. Le centre fonctionne depuis 2005 et se spécialise dans la prestation de services pour les tests génétiques. Le laboratoire dispose de l'équipement le plus moderne pour les études de haute précision de l'ADN des animaux.
Je viens de faire appel à leurs services pour l'identification génétique, ainsi que pour les tests de la DM (myélopathie dégénérative) et de la PLL (luxation du cristallin / Primary lens luxation), sur mes pumis.
C'est vraiment un laboratoire efficace, réactif, sur et avec des tarifs vraiment corrects.

Je joins la brochure, ainsi que les tarifs (en roubles russes)
Brochure et tarifs ZOOGEN

Adresse :

  • Санкт-Петербург, Россия, 197376, наб. реки Карповки, д.5
  • St. Petersburg,197376, nab. Karpovka River, 5 - Russia

Téléphone : +7(812) 994-41-24 (Санкт-Петербург)

samedi, décembre 13 2014

Collier pour ne pas perdre votre pumi

Collier Retrieva :

http://www.retrievatracking.com/
Les créateurs de ce collier, Jon Bryan et Andrew Stuart, deux britanniques eux-mêmes propriétaires de chiens, ont interrogé des milliers d’autres propriétaires de chiens dont la plupart ont, un jour ou l’autre, été confrontés à la perte de leur chien pour quelques heures, quelques jours… ou parfois, malheureusement, de manière définitive... L’objectif fut alors de créer le collier « parfait » qui répondrait à toutes les demandes et à tous les besoins formulés par les propriétaires de chiens et par les compagnies cynotechniques de l'armée britannique. La solidité, l’étanchéité, l’autonomie de la batterie, la fiabilité, la précision de localisation, la facilité d’utilisation, la sécurité Antivol et les alertes automatiques Anti-fugues furent parmi les critères les plus importants du cahier des charges de développement de ce collier.
En 2006, Jon et Andrew fondèrent la société Retrieva pour développer ce collier GPS dont la presse et les télévisions du monde entier font désormais l’écho. S’ils sont fiers de rencontrer un tel succès avec le lancement officiel de ce fabuleux collier fin 2009 en Grande-Bretagne, ils sont surtout particulièrement ravis qu’il ait été créé sur la base d’une écoute approfondie des réels besoins et demandes formulées par de véritables propriétaires de chiens, particuliers et professionnels.
En 2010, la société française GEOTRACEUR, spécialisée dans les Hautes technologies de Géolocalisation, obtient l’exclusivité de la distribution du collier GPS sur le marché français. L’adaptation du produit au marché français a encore nécessité plusieurs mois de travail et de lourds investissements pour notamment : créer intégralement le logiciel et le guide utilisateur, négocier des accords avec les opérateurs téléphoniques nationaux, ou encore développer l’interface de Géolocalisation et de gestion du collier à distance « MyGEONIMO® ».
pack-collier-gps GEONIMO

C’est ainsi qu’est né, puis arrivé en France en 2011, le 1er collier GPS pour chien « Antivol & Anti-fugue », le collier GPS le plus avancé au monde : le collier GPS GEONIMO® ! Un collier qui a encore évolué en 2012 avec le suivi en GPRS continu avec 1 position toutes les 30 secondes ainsi que l'ajout d'un "sur-collier de protection" pour résister aux environnements les plus hostiles (pour la chasse au chien courant notamment).

http://www.colliergps.fr/

Equipé d’un module GSM (téléphonie mobile) et d’une carte SIM intégrée, le collier GPS GEONIMO peut vous communiquer sa position et vous envoyer des alertes par SMS. Fonctionne dans 11 pays européens : France, Belgique, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Espagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Luxembourg et Suisse.
Comptez environ 390€+forfait 10€/mois

Un autre produit testé par un propriétaire de pumis :

GPS pour chiens et chats Kippy
http://www.kippy.eu/

"J'ai acheté le traqueur Kippy, un VRAI GPS avec un an de gratuité puis un abonnement annuel de 20€, j'en suis satisfait, la précision est de +/- 4m. Il a plus d'une semaine d'autonomie en mode passif, le seul bémol est la lenteur de sa mise en action : le chien a son GPS sur le collier, il se sauve, tu prends ton téléphone ou ta tablette ou l'ordinateur, tu actives le GPS et il faut compter en moyenne 2 mn pour avoir sa position sur une carte, cette position s'actualise toute les 20 secondes en moyenne. Bref un bon produit."

Benoit

GPS-pour-chiens-et-chats-Kippy-KIPPY-31 Ce GPS pour chien et chat se fixera simplement sur le collier ou le harnais de l'animal grâce à son poids plume de 50g et saura se faire discret tout en faisant preuve d'une efficacité exceptionnelle.
Imperméable, il ne craindra pas la vie extérieure et saura suivre votre animal partout, il est également anti-choc.
Grâce à plusieurs technologies réunissant les fonctions GPS, LBS ou encore un fonctionnement à économie d'énergie, vous êtes certains de pouvoir suivre votre animal dans toutes situations.
Avec un an d'utilisation du service pendant la première année, cette solution de pointe est d'un excellent rapport-qualité prix.
Comptez environ 170€

samedi, novembre 1 2014

PUMIS en France : Ne vous fier pas aux infos, lisez et comprenez : Le régime juridique des animaux reste inchangé !

L'Assemblée nationale le confirme : les animaux sont "doués de sensibilité"

La question du statut de l'animal a, pour le moment, été tranchée par les députés. Les animaux ne sont pas dotés d'un statut juridique propre. Mais ils sont désormais considérés comme "sensibles" et soumis au régime des biens corporels.

SYMBOLE

L'Assemblée nationale a adopté jeudi soir 30 novembre une disposition, déjà votée par les députés en avril, qui reconnait aux animaux la qualité symbolique "d'êtres vivants doués de sensibilité", rejetant les amendements écologistes pour aller plus loin ou ceux de l'UMP pour restreindre la portée de ce texte.

  • Sensible. Au terme d'un débat animé mais moins vif que lors du premier passage dans l'hémicycle, les députés ont voté l'article alignant le code civil, qui considère les animaux comme "des biens meubles", sur les codes pénal et rural qui les reconnaissent déjà comme "des êtres vivants et sensibles".

"Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels", précise le texte de loi.

  • Pas de création d'une nouvelle catégorie

La mesure avait été critiquée aussi bien par certains défenseurs des animaux, qui estiment qu'elle est dénuée de portée pratique, que par la FNSEA, principal syndicat agricole, qui craignait qu'elle "ne remette en cause la pratique de l'élevage".
Mais le principal syndicat agricole français voit désormais dans la rédaction du texte un moindre mal, car les animaux ne se voient pas doter d'une nouvelle catégorie, entre celle des hommes et celles des biens, comme l'avait demandé une vingtaine d'intellectuels en 2013.

  • Les amendements écologistes ont été rejetés

L'écologiste Laurence Abeille, qui a parlé d'une "modification cosmétique" de la loi, a échoué à faire adopter deux amendements afin d'accorder un statut juridique aux animaux, notamment en stipulant qu'ils doivent bénéficier de conditions conformes aux impératifs biologiques de leur espèce et assurant leur bien-traitance.

  • Soutien

Elle a été vigoureusement soutenue par la socialiste Geneviève Gaillard, également membre du groupe de protection animale qui prépare une proposition de loi sur le statut de l'animal. Mais le gouvernement, la rapporteur PS Colette Capdevielle, l'UMP, et l'UDI ont désapprouvé les amendements écolos.

  • Le régime juridique des animaux reste inchangé

Un amendement, signé par plusieurs élus UMP et défendu par Guy Geoffroy, a également été rejeté. Il visait à réécrire l'article sur le statut de l'animal avec le motif affiché d'éviter tout "flou juridique susceptible d'être exploité par les détracteurs de l'élevage". "Cela viderait quelque peu le texte voté", a opposé la rapporteur. Le régime juridique des animaux reste inchangé et les règles régissant leur propriété continueront à s'appliquer"- a réaffirmé Colette Capdevielle, la rapporteure du texte.

Note :

Le Sénat devrait procéder à son tour à cette nouvelle lecture vers la fin novembre et devrait de nouveau rejeter le projet de loi.

L'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, procèdera ensuite à une ultime lecture.

vendredi, octobre 24 2014

Pour ma pumi Maasik, Rien à signaler

Lors des expositions internationales à Dortmund, le VDH (Kennel allemand) met en place la possibilité de faire tester votre chien pour l'examen des yeux et l'examen de luxation de la rotule.
Ce qui a été fait pour Maasik (Csipke et Forró ayant déjà eu ces examens dans le passé, avec les mêmes résultats que pour Maasik :-) ).
Verdict : tout est OK

Certificate of eye examination Maasik
Untersuchung auf Patellaluxation (PL) Maasik

jeudi, juin 12 2014

Pour les pumis jardiniers, les plantes invasives à éviter.

There is as yet no quantitative estimate of the number of non-native invasive taxa in the aquatic and terrestrial environments of Europe. The EU funded DAISIE project aims to address this gap by bringing together European datasets via a network of international expertise to deliver the first pan-European inventory.

DAISIE.jpg

Une espèce invasive est une espèce exotique qui devient nuisible à la biodiversité autochtone. L'Europe a mis en place le programme DAISIE.

Les plantes envahissantes parviennent le plus souvent à s’installer dans des milieux déjà perturbés par les activités humaines, là où l’on a retourné la terre pour construire une route par exemple, cela crée des niches écologiques idéales pour ces espèces pionnières », note Guillaume Fried, ingénieur agronome expert des plantes invasives. « On ne connaît aucun cas d’espèce indigène totalement disparue à cause d’une plante invasive. Par contre, il y a des plantes déjà menacées pour de multiples raisons qui le sont encore plus à cause de plantes envahissantes », poursuit par ailleurs l’auteur du Guide des plantes invasives. Et qui introduit ces plantes ? Dans 40% des cas, ce sont des jardiniers... pour des raisons ornementales. Le plus souvent après les avoir achetées en jardinerie où aucune loi n’interdit leur vente ni n’impose d’étiquetage particulier. « Il faut se renseigner avant de planter », conseille Guillaume Fried.
Il a été identifié 100 espèces invasives exotiques dangereuses en Europe. Le site Web dédié aux espèces invasives permet de rechercher des informations sur les 8.996 espèces exotiques présentes en Europe, les 63 pays/régions dont des îles et 39 zones côtières. De plus pour les 100 espèces les plus dangereuses il y a des informations sur leur biologie, écologie, habitat, distribution géographique, les voies d’introduction, les tendances invasives, les impacts et les méthodes de prévention et de gestion.
Voilà donc la liste des plantes invasives à éviter :
Pour les plantes terrestres http://www.europe-aliens.org/specie...

http://www.europe-aliens.org/defaul...



Des plantes connues et vues régulièrement, ne sont pas à privilégier comme par exemple :

  • L’arbre à papillons (ou Buddleia de David) - L’alternative : Il peut être remplacé par le lilas de Perse
  • La Griffe de sorcière (Carpobrotus edulis) - L’alternative : Elle peut être remplacée par le gazon d’Espagne (Armeria maritima), ou par la Malcomie littorea
  • Le Rosier rugueux (Rosa rugosa) - une foultitude de variétés locales et/ou anciennes
  • La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum). Elle peut, en plus, être dangereuse pour la santé - L’alternative : Elle peut être remplacée par de très nombreuses espèces : la marguerite commune (Leucanthemum vulgare), la valériane (Valeriana officinalis L.), la salicaire commune (Lythrum salicaria) ou l’Anthémis des teinturiers (Anthemis tinctoria).
  • L’Herbe de la pampa (Cortaderia selloana) - L’alternative : On peut la remplacer par une autre plante exotique mais non envahissante : l’Ampelodesmos mauritanica.
  • La renouée du Japon (Reynoutria japonica) - L’alternative : Cette plante de parterres peut être remplacée par des centaines d’autres. Pensez à l’Achilée millefeuille qui lui ressemble et est en prime l’amie des composteurs ou encore à la consoude dont le purin fortifie les cultures.
  • Les plantes d’aquarium : « Certaines personnes rejettent le contenu de leurs aquariums dans le milieu naturel, ce qui permet à certaines plantes de s’y développer. Certains plans d’eau en sont totalement recouverts, ce qui réduit le taux d’oxygène dans l’eau et donc nuit à la faune voire conduit parfois à l’eutrophisation du cours d’eau », avertit Guillaume Fried. Sont visées notamment les élodées et le Lagarosiphon mayor.

- page 1 de 2